9 mai 2016

Les Collines du Saint-Laurent

Artiste dilettante, Lawren Stewart Harris est un promeneur, amateur de paysages. Il passe de plus en plus de temps à animer la vie artistique à Toronto. Il a l'intuition féconde de possibilités nouvelles pour l'art Canadien en visitant une exposition d'art Scandinave en 1913 à Buffalo : ces vues du grand nord auraient pu être faites au Canada.

Une phase de créativité intense commence par une saine émulation entre Harris et A.Y. Jackson. Le paysage sera plus expressif si les couleurs sont vibrantes et posées sur la toile avec une grande rapidité.

Harris prend pour modèle une de ses propres vues des Laurentides, peinte en 1908. Les roches sèches parsemant la surface du sol et les arbres morts au sommet de la colline donnent une illusion d'âpreté que l'art peut accentuer. Il la ré-interprète dans son atelier en 1913 ou 1914 avec des couleurs d'automne et un ciel bleu vif menacé par des nuages stylisés d'un blanc cinglant.

Cette nouvelle huile sur toile 77 x 89 cm devient une des oeuvres fondatrices de ce groupe d'amis qui prendra en 1920 le nom de Groupe des Sept. Elle est estimée $ 1,2M CAD à vendre par Heffel à Vancouver le 25 mai, lot 142. Il est illustré sur le flyer annonçant la vente.

Devenant le peintre de la glace et du froid, Harris sera avec Tom Thomson le premier grand artiste de la différenciation artistique Canadienne.