14 juin 2016

La Fierté et l'Espoir du Botswana

Cette chronique présente régulièrement de fabuleux diamants de découverte récente. Ce n'est pas un hasard. Les méthodes ont changé à la fois pour la détection, l'extraction, l'analyse non destructive avant la coupe et la coupe elle-même.

La société Lucara Diamond Corp établie au Canada a acheté en 2010 un site prometteur au Botswana. Le premier diamant est extrait deux ans plus tard et la mine est nommée Karowe qui signifie Pierre précieuse en Tswana. En mai 2015, cette société renouvelle sa technologie de détection en utilisant six senseurs à rayons X de marque TOMRA. Chaque machine est capable de trier 150 tonnes métriques à l'heure.

Le succès est immédiat et la campagne de prospection de novembre 2015 est particulièrement réussie avec l'extraction en deux jours consécutifs de trois diamants de type IIa pesant respectivement 1109, 813 et 374 carats. Suite à un concours qui a passionné les habitants du Botswana, la plus grosse de ces pierres est nommée Lesedi La Rona signifiant Notre Lumière en Tswana.

Les pratiques du marché changent également. Lesedi la Rona échappe aux ventes spécialisées de diamants bruts pour être offert aux enchères par Sotheby's à Londres le 29 juin, lot 1.

L'histoire de cette pierre exceptionnelle ne s'arrêtera pas là. L'acheteur l'utilisera selon sa volonté, bien sûr, mais il n'a aucune raison de la laisser intacte comme spécimen de minéralogie puisque d'autres diamants fabuleux suivront immanquablement. Lesedi la Rona était à seulement 200 m de la surface du sol.

Sotheby's est bien implanté dans l'industrie du diamant avec sa filiale Sotheby's Diamonds partenaire de Diacore qui est un spécialiste de la taille et du polissage. Sotheby's a fait analyser Lesedi la Rona par deux autres sociétés spécialisées et le GIA a déclaré que "ce cristal a le potentiel de produire un des plus gros diamants de qualité supérieure qui ait jamais été taillé et poli".

Le communiqué de presse du 4 mai annonce une estimation au-delà de $ 70M. L'acheteur voudra en tirer un bénéfice. En supposant que le joaillier parvienne à extraire un diamant unique de Lesedi la Rona, le produit fini atteindra un des plus hauts prix du marché de l'art, toutes catégories confondues.

Je vous invite à regarder la très courte vidéo partagée par Sotheby's.