27 juin 2016

Le Beau Fini de Liotard

Né à Genève, Jean-Etienne Liotard voyagea beaucoup. Son séjour au Levant de 1738 à 1742 lui donne l'opportunité de porter des habits Turcs, une pratique recommandée à cette époque aux voyageurs Européens. Il acquiert une réputation méritée et voulue d'excentricité en gardant ce type de costume après son retour et en laissant pousser sa barbe.

Liotard est aussi un théoricien. Dès ses débuts, il pratique le pastel plutôt que l'huile pour assurer un "beau fini", c'est-à-dire une image d'apparence lisse sans trace de coup de pinceau.

Grâce à son patron Lord Duncannon plus tard 2nd earl of Bessborough qu'il avait accompagné au Levant, la carrière du "Peintre Turc" a connu un succès durable, permettant à l'artiste de constituer une importante collection de peintures Hollandaises du XVIIème siècle.

Il était tentant pour l'artiste d'imiter ces maîtres. Le 6 juillet à Londres, Sotheby's vend une scène de genre en Hollande, huile sur toile 47 x 39 cm peinte par Liotard, lot 36 estimé £ 4M, qui est certainement l'exemple le plus achevé du "très beau fini".

La scène d'une grande tranquillité montre une jeune femme en tablier occupée à verser du café (et non du chocolat malgré un titre donné ultérieurement à cette oeuvre par comparaison avec un de ses plus célèbres pastels). Le déjeuner sur la table est une nature morte en miniature et la peinture sur le mur est un hommage direct aux effets de lumière de l'art Hollandais.

Il est probable que Liotard avait réalisé cette peinture pour son usage personnel, comme un sommet de son savoir-faire. Non datée, elle apparaît chez Christie's en 1774 dans une vente de sa collection. Elle est achetée par Bessborough dans la famille de qui elle restera jusqu'à la mort du 10ème comte.

Contemporain de Chardin, Liotard veut être un artiste moderne. L'habit et les accessoires de la jeune femme Hollandaise et les éléments de décoration sont contemporains. Il est pris pour sûr que l'oeuvre a été peinte pendant un voyage de Liotard en Hollande, probablement le séjour de 1755-1756 qui se termina par son mariage et par la perte de sa barbe de quinze ans qui en fut une conséquence immédiate.

L'image est partagée par Sotheby's sur Wikimedia :

Liotard-Lady Pouring Chocolate