8 juin 2016

L'Impasse Cubiste

La peinture des Demoiselles d'Avignon démontre magistralement en 1907 que tout est possible du point de vue de la forme. En une seule oeuvre, Picasso débarrasse la peinture du réalisme, de la narration, de la perspective et de la profondeur. La simplification du dessin inspirée par l'art tribal est sans précédent dans l'art Européen.

Le succès des Demoiselles encourage Picasso à explorer de nouveaux styles de peinture. Après Cézanne, il cherche comment favoriser l'expression et la forme. Le cubisme n'est pas un style mais une recherche pionnière, avec ses essais et ses erreurs.

En 1909 Pablo passe l'été avec Fernande dans un village Catalan nommé Horta, accessible uniquement par un chemin muletier. Pendant le même été, Kandinsky s'isole à Murnau avec Gabriele. Indépendamment l'un de l'autre, les deux artistes devenus temporairement des théoriciens inventent l'art du XXème siècle.

Le 21 juin à Londres, Sotheby's vend au lot 8 un portrait de Fernande par Pablo, huile sur toile 81 x 65 cm conçue et peinte à Horta. L'estimation n'est pas publiée, probablement parce que les oeuvres cubistes de Picasso sont devenues excessivement rares en mains privées. Sotheby's a cependant laissé filtrer une attente au-delà de £ 30M.

La fragmentation qui donnera son nom au cubisme offre un traitement similaire pour les trois thèmes testés par Pablo à Horta : portrait, paysage et nature morte. Les contours du sujet sont visibles avec un petit effort qui aboutit à reconnaître le large visage de Fernande. Les couleurs font l'objet d'un mélange similaire : nous ne sommes pas devant un portrait mais devant une image suggérant la forme d'un portrait dans le chaud été Catalan.

Par plusieurs de ses caractéristiques, le cubisme est une impasse. Dans les années qui suivent, la tendance à la monochromie augmente la difficulté d'interprétation sans offrir la percée énigmatique de l'abstraction. La perte de l'effet tridimensionnel génère les essais de collages qui ne sauveront pas le cubisme.

Peu importe, car chaque artiste peut désormais engager son style dans une recherche expressive originale. L'art moderne est devenu protéiforme, grâce à Picasso.