28 juin 2016

L'Outarde du Palais de Porcelaine

L'ambition de Frédéric-Auguste de Saxe, qui fut aussi roi de Pologne sous le nom d'Auguste II, était aussi démesurée que sa force physique. Il voulait que l'aménagement et les célébrations de son réseau de palais à Dresde dépassent le luxe de Versailles et changeait de maîtresse aussi fréquemment que le Roi Soleil.

Auguste le Fort donne l'asile à Dresde au très jeune alchimiste Böttger qui avait acquis la réputation de savoir transmuter les métaux en or. Ce n'est pas possible et l'électeur est furieux. L'étude des terres cuites sauve le jeune savant. Ainsi naquit la manufacture de porcelaines de Meissen. L'électeur exige désormais d'avoir mieux que la porcelaine de Chine.

La ménagerie de porcelaines réalisée pour Auguste est le projet le plus spectaculaire des débuts de Meissen. Elle s'inscrit dans un projet plus vaste de Porzellanschloss centré sur un trône en porcelaine. L'électeur entretient selon la mode de son temps une ménagerie d'animaux vivants qui servirent de modèles pour les artistes de Meissen. Sa participation active et enthousiaste au plus grand concours de lancer d'animaux de son temps le disqualifie cependant comme ami des bêtes.

L'originalité de la porcelaine de Saxe réside dans la réalisation de véritables sculptures, contrairement à la porcelaine de Chine qui a un but utilitaire. Le modeleur J.G. Kirchner réalise des statues originales en argile d'oiseaux et d'autres animaux en grandeur nature. Il est assisté à partir de 1731 par J.J. Kändler.

Il est illusoire de vouloir rattraper en quelques années l'expérience plusieurs fois centenaire de la Chine. Les premières pièces de la ménagerie témoignent du fait que le processus est encore dans sa phase de développement, avec un fort risque de fissures de cuisson. Elles auraient dû être colorées mais l'émail n'adhère pas sur cette porcelaine.

Auguste meurt en 1733 avant que les éléments de la ménagerie soient suffisamment nombreux pour permettre une exposition groupée qui ne sera jamais réalisée. Heureusement son successeur n'arrête pas la production. La stabilisation des techniques et des couleurs et la diversification des thèmes sera l'oeuvre de Kändler qui y consacrera les quarante dernières années de sa vie.

L'outarde, haute de 84 cm, est un des plus grands oiseaux de la ménagerie de porcelaines d'Auguste le Fort. Elle est très élégante avec le cou plié pour lisser les plumes du dos. Le modèle conçu en 1732 est attribué à Kirchner. Elle a été réalisée en six exemplaires dont un seul reste en mains privées. Cette porcelaine est estimée £ 700K à vendre par Christie's à Londres le 7 juillet, lot 305.