31 juil. 2016

Souvenir de Lew Alcindor

Le nom de Lew Alcindor a vite disparu de l'histoire du basketball : comme Cassius Clay, il l'islamisa. Devenu Kareem Abdul-Jabbar à la fin de la saison 1970-1971, il est le meilleur marqueur de l'histoire de la National Basketball Association (NBA) avec pas moins de 38387 points en vingt saisons, de 1969 à 1989.

Dès sa carrière universitaire, une équipe qui emploie Lew devient gagnante. Il ajoute à sa très haute taille, 2,18 m, une technique impeccable, allongeant un bras pour le tir au panier et l'autre pour contrer les défenseurs. Il mérite une réputation d'invincibilité mais subit le jeu dur de ses adversaires jaloux de son aisance et de son succès.

Son premier contrat en NBA en 1969 est avec l'équipe des Milwaukee Bucks dont la prestation de la saison précédente avait été particulièrement médiocre. Lew mène les Bucks à la victoire. Il est élu rookie of the year de la NBA pour la saison 1969-1970 et most valuable player pour pas moins de six des dix saisons suivantes.

Topps publie en 1969 la rookie card de Lew Alcindor avec au verso un commentaire qui est déjà extrêmement élogieux : "Lew est arrivé à la NBA avec les meilleures références de l'histoire".

Cette carte 1969-25 est un supplice pour les collectionneurs. Le joueur est montré dans un ovale sur un fond blanc qui est propice à révéler les taches et l'usure. Un seul exemplaire parfait est connu, gradé Gem Mint 10 par PSA. Cette carte exceptionnelle est offerte par Heritage le 27 août à Dallas avec un price guide de $ 400K, lot 80077.

Le Châssis en-dessous des Essieux

La Brass era (ère du laiton) est cette époque des pionniers de l'automobile Américaine pendant laquelle des centaines de mécaniciens plus ou moins doués cherchent des solutions innovantes pour leur propre usage ou pour faire fortune.

Fondée en 1906 à Indianapolis, l'American Motor Car Company veut offrir des voitures puissantes et rapides aux plus riches clients. Un premier châssis conçu par Harry Stutz est encore classique. Stutz quitte rapidement la société, laissant toute l'initiative technique au chef mécanicien Fred Tone.

Pour améliorer les performances, Tone veut alléger la voiture et abaisser le centre de gravité. Il invente le châssis underslung dont le niveau est plus bas que les essieux. La conséquence directe de cette innovation est un agrandissement du diamètre des roues, spectaculaire quelque soit le type de carrosserie. L'Underslung devient une spécialité de la société et sa marque officielle en 1912 juste avant la faillite finale.

Le haut de gamme en underslung est équipé d'un moteur de 7,8 litres pour une puissance nominale de 50 cv. L'une des toutes premières, construite en 1907, a été vendue pour $ 1,43M incluant premium par Bonhams le 6 octobre 2014. Ce véhicule qui anticipait la sortie officielle du modèle est élégamment carrossée en roadster et est un précurseur de la voiture de sports Américaine.

Bonhams a vendu pour $ 1,75M incluant premium le 12 mars 2015 un American Underslung 50 cv fait en 1908 qui avait attiré l'attention de Sam Mann par son remarquable état d'ensemble. La carrosserie roadster d'usine lui donne l'aspect exubérant et rare d'une authentique survivante de l'ère du laiton.

Pour la maintenir en état de fonctionnement, Mann a fabriqué de nouvelles roues. Cette voiture est maintenant estimée $ 1,4M à vendre par RM Sotheby's à Monterey le 20 août, lot 231.

Stutz, qui n'avait pas voulu suivre l'aventure de l'Underslung, créa en 1912 un autre roadster, le Bearcat, qui fut la première vraie réussite de l'automobile de sport Américaine en concurrence avec le Raceabout de Mercer.

Le Temps des Hybrides

La planète devient verte. La FIA ne peut pas ignorer cette tendance et annonce pour 2009 l'autorisation du KERS en Formule 1. McLaren et Ferrari obtiennent les premiers succès.

Le KERS est un système de transformation de l'énergie de freinage en énergie cinétique, évitant une génération de chaleur. Les moteurs sont désignés comme hybrides du fait de l'adjonction d'un dispositif électrique au classique moteur à combustion interne, pour la première fois dans l'histoire de la compétition.

La synergie reste totale chez Ferrari entre les technologies de la Formule 1 et celles des modèles de sport. L'expérience de la F60 encourage la marque à concevoir la LaFerrari, une berlinette qui change de façon irréversible le marché de la voiture de haut de gamme.

Les performances en vitesse et en accélération de la LaFerrari sont comparables à celles de l'Enzo. Avec un quart de mile en moins de 10 secondes, elle dépasse la Porsche 918 et la Bugatti Veyron. Tous les constructeurs automobiles en viendront forcément à adopter les technologies hybrides. La course aux performances est lancée et nul ne peut réellement prédire jusqu'où elle ira.

La course aux enchères est lancée également. La production de la LaFerrari a été strictement limitée à 499 exemplaires, construits de 2013 à 2015. La frustration des refusés, dont le nombre est autour de 200, et des retardataires fait déjà flamber les prix.

Pour la première fois, une LaFerrari est offerte aux enchères publiques. Cette voiture faite en 2014 est encore sous garantie d'usine. Elle est estimée $ 3,6M à vendre par Bonhams à Quail Lodge, Carmel CA, le 19 août, lot 95. Elle est suivie dès le lendemain par une autre LaFerrari qui a été récemment discutée dans cette chronique, à vendre par Mecum.

30 juil. 2016

Bonjour Willie

Les goûts des collectionneurs de souvenirs du sport changent, avec une très plaisante tendance à acclamer les meilleurs sportifs. Les amateurs aiment les classements comparatifs. Justement, Willie Mays a parfois été considéré comme le second meilleur joueur de baseball du XXème siècle après Babe Ruth.

La carrière de Willie en Major League Baseball (MLB) s'étend de 1951 à 1973 après quatre ans dans les Negro Leagues. Il est à 20 ans en 1951 le Rookie of the Year de la National League. Plus passionné par le jeu que par ses coéquipiers et concurrents, il feint de ne pas les reconnaître en les hélant par la formule 'Say Hey Man' évitant l'utilisant du prénom et reçoit dès 1951 le surnom de Say Hey Kid qui ne le quittera plus.

1952 est l'année de la grande modernisation des cartes Topps. Willie Mays honoré pour son rookie year est au numéro 261. Les collectionneurs considèrent maintenant que les cartes en état parfait sont très rares tout au long de la série, bien que les plus hauts numéros incluant le 311 de Mickey Mantle aient fait l'objet d'une destruction massive consécutive à un retard d'édition.

Une carte 1952-261 gradée Mint 9 par PSA a été vendue pour $ 480K incluant premium par Heritage en mai 2016. Une autre dans le même état est offerte par la même maison de ventes le 27 août à Dallas, lot 80010. Son guide value à $ 400K est en ligne avec le résultat précédent. Une seule 1952-261 a été gradée plus haut.

Topps change chaque année la photo du joueur au recto et met à jour le résumé de sa carrière au verso. Willie n'est pas oublié en 1953 bien que sa carrière professionnelle ait été interrompue par son service militaire. Le verso de cette carte inclut un Quiz sans lien avec Willie : "Which player was tagged with the nickname The Iron Horse ?". La réponse, que vous connaissez certainement, est à lire à l'envers.

Un seul exemplaire de sa carte 1953-244 a été gradé Gem Mint 10 par PSA. Cette carte parfaite d'un jeune joueur exceptionnel est au lot 80012 dans la même vente que ci-dessus avec un guide value de $ 800K.

Un Spider en Alliage Léger

La Ferrari 250 GT California Spider dite plus tard LWB est une série de 50 voitures de sport produites pour plaire à la clientèle Américaine entre 1957 et 1960. La SWB lui succédera. La marque travaille continuellement à l'amélioration de ses produits et reste attentive aux besoins spécifiques, ce qui peut créer des disparités importantes d'un véhicule à l'autre.

Neuf 'LWB' ont été construites dès l'origine pour la compétition, avec une carrosserie en alliage léger d'aluminium. Une California Spider 'LWB' Competizione construite en 1959 est à vendre le 20 août par Gooding à Pebble Beach, lot 033. Elle est illustrée sur l'article partagé par Forbes.

La mise au point de cet exemplaire a été spécialement soignée, incluant des éléments de moteur développés pour la Testa Rossa qui permettant d'atteindre un rapport de compression de 9,8:1, le plus élevé de toutes les LWB, et une puissance de 275 cv dépassant le modèle standard d'environ 50 cv. Elle est équipée depuis l'origine de freins à disques, une rareté à cette époque, et ses phares sont couverts.

Vendue à Chinetti pour George Reed, l'agent de Ferrari dans l'Illinois et le Wisconsin, elle a été utilisée en course avec une certaine parcimonie jusqu'en 1964 et est restée dans une configuration de matching numbers pour tous ses éléments majeurs.

Cette voiture est exceptionnelle quand on considère qu'elle est la plus performante de toutes les LWB et que seulement trois SWB California Spider Competizione seront assemblées. Elle est estimée $ 18M.

Une autre LWB California Spider Competizione a été vendue pour $ 11,3M incluant premium le 18 août 2012, également par Gooding. Réalisée en 1960, elle avait été utilisée par Reed comme une voiture d'exposition. Elle était en excellent état mais sans historique de course.

Les Roadsters de Jean Bugatti

Réputé comme traditionaliste, Ettore Bugatti a parfaitement raison de faire confiance à son fils Jean. Les talents du jeune homme à la fois comme concepteur et comme ingénieur ont certainement sauvé la marque tout au long de la crise économique des années 1930.

La situation est difficile. En compétition, la glorieuse Type 35 n'est plus compétitive et ses successeurs Types 51, 53 et 54 n'atteignent pas les performances des Alfa Romeo. Trop chère, la limousine Type 41 La Royale n'a trouvé que trois clients et son objectif de production de 25 exemplaires ne sera jamais atteint.

Le succès commercial revient avec un luxueux coupé conçu en 1929 par Ettore et Jean, le Type 46 surnommé La Petite Royale. Jean a 20 ans.

La marque Bugatti introduit en 1931 le Type 55 pour le sport avec trois options de carrosserie d'usine : coupé, cabriolet et roadster. Conçu par Jean, ce roadster introduit une nouvelle élégance dans la gamme Bugatti. L'année suivante, Jean s'inspire de cette expérience avant-gardiste pour équiper en roadster La Royale achetée par Armand Esders.

De 1931 à 1936, 14 châssis du Type 55 sont équipés avec le roadster de Jean Bugatti. L'une de ces voitures, fabriquée en 1932, est estimée $ 10M à vendre par Gooding le 21 août à Pebble Beach, lot 135. Elle est illustrée au côté d'autres voitures de son temps dans le communiqué de presse.

Malgré la différenciation entre les modèles de sport et de compétition, la voiture à vendre a participé aux Mille Miglia en 1932. Conduite par Achille Varzi qui était alors un pilote officiel de Bugatti, elle a dû abandonner après le percement du réservoir d'essence par un caillou.

Cette voiture a conservé un très bon niveau d'authenticité. Elle a été complètement démontée pour être restaurée. Le moteur et la boîte de vitesse d'origine, remplacés par des répliques lors du ré-assemblage, sont inclus dans le lot à vendre.

27 juil. 2016

Aussi Simple qu'une Mercedes

Indépendamment l'un de l'autre, Benz industrialisait l'automobile et Daimler améliorait les moteurs, notamment par des combinaisons de cylindres. La Daimler Motoren Gesellschaft (DMG) lance en 1898 la voiture Phönix avec un moteur à quatre cylindres.

Seuls les plus riches peuvent acheter des voitures. La première Phönix est fournie à Emil Jellinek, consul Austro-Hongrois à Nice et passionné de sport automobile. Pionnier du marketing automobile, Jellinek décide d'étudier les besoins des riches résidents de la Côte d'Azur et devient concessionnaire exclusif de DMG dans la région.

Les clients ne veulent pas un exploit technique. Ils veulent un véhicule facile à utiliser, fiable, stable, confortable. Jellinek comprend qu'il faudra alléger le moteur et la carrosserie, augmenter l'empattement et abaisser le centre de gravité. Il transmet ses spécifications à Wilhelm Maybach, le concepteur de la Phönix. Jellinek crée en 1901 et dépose en 1902 le nom du premier modèle réalisé par DMG pour son besoin : Mercedes.

Toujours avec la participation technique de Maybach, un modèle amélioré apparaît dès 1902. Cette voiture de luxe porte le nom de Mercedes Simplex qui semble anachronique aujourd'hui pour un véhicule de luxe mais la haute société de l'époque apprécie que l'utilisation d'une automobile devienne simple. L'opération effectuée par Jellinek est un très grand succès : ses clients acceptent de payer cher s'ils ont la qualité et la facilité.

Toute une gamme de Mercedes Simplex est offerte. La plus forte puissance est portée à 60 cv en 1903. La 28-32 cv fait partie du haut de gamme. Une Mercedes Simplex 28-32 fabriquée en 1904 est estimée $ 2,5M à vendre le 19 août par Bonhams à Quail Lodge, Carmel CA, lot 27.

Après sa redécouverte au milieu des années 1970, ce véhicule a subi de nombreuses modifications rendues nécessaires après un demi-siècle de stockage dans une ferme anglaise. Elle a fréquemment participé aux London To Brighton Veteran Car Runs. Elle est offerte dans une carrosserie tonneau à cinq sièges avec entrée par l'arrière.

Hommage à Dino

La réussite d'une voiture de sport nécessite la maîtrise du châssis, du moteur et de l'aérodynamique. Une synergie entre la Formule 1 et le Grand Tourisme est évidemment utile. En 1961, Ferrari va encore plus loin dans son savoir-faire en développant de nouveaux modèles pour la catégorie des prototypes de sport (SP).

Le nom de Dino est attaché à ces nouveaux produits, à la fois pour les modèles de voitures et pour les moteurs. Ingénieur motoriste dans l'entreprise de son père, Dino Ferrari était mort de la myopathie de Duchenne en 1956 à l'âge de 24 ans.

La désignation des modèles change. Les deux premiers chiffres désignent le déplacement en décilitres et le troisième chiffre le nombre de cylindres.

La conférence de presse de février 1962 est une accumulation de merveilles. La monoplace 156 a dominé la Formule 1 tout au long de la saison 1961. La 250 GTO marque la maîtrise totale des performances en Grand Tourisme. A leur côté Ferrari présente les prototypes 246 SP, déjà connu, 196 SP et 286 SP élargissant la gamme des 6 cylindres, et le très nouveau 248 SP.

Les études de carrosserie des nouveaux prototypes sont confiées à Fantuzzi. Le nez proéminent est validé par des essais en soufflerie.

La phase expérimentale continue. La 248 SP n'est pas assez puissante. Ferrari transforme deux 248 SP dans un nouveau standard 268 SP. L'une d'elles carrossée par Fantuzzi est à vendre par RM Sotheby's à Monterey le 20 août, lot 240. Chacune de ces références de développement est extrêmement rare.

24 juil. 2016

Un Spider par Alfa Romeo et Touring

Sous le contrôle direct du gouvernement Italien, Alfa Romeo améliore les performances de ses voitures de luxe et de sport tout au long des années 1930. La version à 6 cylindres (6C) passe ainsi en plusieurs étapes de 1750 à 2500 cc. Destinée au haut de gamme, la version à 8 cylindres (8C), créée en 1931 avec 2300 cc, atteint 2900 cc en 1935. La 8C 2900B est offerte en deux longueurs à partir de 1937 : Corto et Lungo.

Alfa Romeo entretient des relations privilégiées avec deux carrossiers qui offrent des produits différents. Une 8C 2900B assemblée en cabriolet par Pinin Farina a été vendue pour $ 4,07M incluant premium par Christie's le 28 août 1999, un prix sensationnel pour l'époque.

A Milan, Carrozzeria Touring a breveté en 1936 la technologie Superleggera. Alfa Romeo supporte activement cette avancée qui permettra à son modèle Lungo de rivaliser avantageusement avec la trop massive Mercedes-Benz 540K. La guerre interrompt cette activité. On notera cependant qu'en 1939 Alfa Romeo et Touring proposaient déjà les caractéristiques qui feront le succès des voitures de sport d'après guerre : le spider dès 1931, et la berlinette.

Le 20 août à Monterey, RM Sotheby's vend le sommet de cette évolution : une 8C 2900B Lungo carrossée en spider superleggera par Touring. Elle est estimée $ 20M, lot 234.

L'authenticité de cette voiture est le résultat de patients et minutieux travaux des meilleurs spécialistes de la marque. Les plus anciennes traces de son existence mouvementée remontent au début des années 1950 en Amérique du Sud. Comme souvent, cette voiture a été démantelée par des propriétaires recherchant la meilleure efficacité de leur voiture en compétition.

En 1994, convaincu que le châssis 412041 et le corps 2027 peuvent provenir de la même voiture d'origine, le collectionneur Sam Mann passionné d'ingénierie automobile acquiert ces deux éléments. Le ré-assemblage lui donne raison : les positions des trous de visserie sont cohérentes, résultant du travail fait par les ouvriers de Touring vers 1939. Malgré l'extrême rareté de ce modèle, ce travail peut être parachevé par l'assemblage d'un moteur et d'une pompe à carburant cohérents avec la série 8C 2900B d'origine.

Je vous invite à regarder la vidéo annonçant pour la prochaine vente cinq voitures de la collection Sam et Emily Mann. L'Alfa Romeo est dévoilée en cinquième position.

Nez Court pour l'Ecurie Ecosse

Au début des années 1950, Jaguar vise Le Mans. La C-Type répond parfaitement à cette ambition. Les modifications de conception sont fréquentes, pour maintenir la compétitivité et pour répondre aux modifications de règlements rendues indispensables pour assurer la sécurité.

La C-Type Lightweight, en 1953, est un modèle de transition préparant la D-Type de 1954. En 1955, la D-Type Long Nose porte tous les espoirs de la marque. La même année, pour répondre aux exigences d'engager en compétition des modèles disponibles commercialement, Jaguar commence à produire en série les D-Type sur le modèle "short nose" de 1954.

Les deux premières D-Type commerciales, châssis XKD 501 et 502, sont livrées en 1955 à l'Ecurie Ecosse, une équipe privée qui coopère étroitement avec Jaguar. Du fait d'un accident, XKD 501 ne peut pas participer au Mans dans cette première année.

La catastrophe du Mans modifie considérablement le jeu. Mercedes-Benz ne reviendra pas. En 1956, une limitation règlementaire de carburant crée un casse-tête pour les moteurs à fort volume. La XKD 501 de l'Ecurie Ecosse gagne la course avec un tour d'avance sur une Aston Martin. L'exploit de l'Ecurie Ecosse est d'autant plus méritoire que la voiture est équipée d'un gros moteur de 3,4 litres.

Des changements plus importants sont à l'étude dans les règlements. En 1957, Jaguar dissout son équipe de course. En 1958, Le Mans limite la dimension des moteurs à 3 litres, précipitant la fin de carrière de la filière glorieuse des C-Type et D-Type. On s'amusera à noter que "C" signifiait Competition alors que "D" est plus simplement la première lettre après C dans l'alphabet.

XKD 501 a été maintenue dans sa configuration et son moteur de la victoire de 1956. Sa condition est certainement la plus authentique parmi les cinq Jaguar qui ont gagné au Mans dans les années 1950. Elle avait reçu avant Le Mans le moteur de la troisième D-Type de l'Ecurie Ecosse, XKD 561, une voiture que l'équipe utilisait parcimonieusement comme un rechange.

XKD 501 est estimée $ 20M à vendre par RM Sotheby's à Monterey le 19 août, lot 114. Dans sa catégorie, la gloire apporte une plus value : en très bon état, XKD 561 a été vendue pour £ 2,6M incluant premium par Bonhams le 1er décembre 2013. Je vous invite à regarder la vidéo partagée par RM.

23 juil. 2016

Premiers Espoirs pour la Bugatti Type 51

Introduite en 1924, la Bugatti Type 35 avait été la reine des circuits. En incluant à la fois les voitures d'usine et les équipes privées, elle compte pas moins de 2000 victoires en peu d'années.

De tous temps, une suprématie automobile est forcément éphémère. Les progrès techniques des Alfa Romeo et des Mercedes-Benz obligent Bugatti à chercher de nouvelles solutions. Il est trop tard. Malgré quelques succès, les nouveaux modèles Types 51, 53 et 54 introduits en 1931 et 1932 ne seront pas à la hauteur des ambitions de la marque française.

De l'autre côté de l'Atlantique, la Miller 91 fait merveille en compétition avec son petit moteur surcompressé réduit en volume pour s'adapter à de nouveaux règlements, déjà à cette époque ! Bugatti obtient indirectement les plans de la Miller 91 et crée son Type 51 en plagiant l'arbre à cames de son concurrent Américain. L'aspect extérieur de la nouvelle voiture est quasiment inchangé par rapport à la Type 35.

L'une des toutes premières Bugatti Type 51 est vendue en 1931 à un important promoteur Britannique de la course automobile, Lord Howe, vainqueur la même année aux 24 Heures du Mans en association avec Henry Birkin sur une Alfa Romeo 8C-2300.

Lord Howe utilisa intensément sa Bugatti Type 51, participant quatre fois avec elle au Grand Prix de Monaco. Tazio Nuvolari a été vu au volant de cette voiture une fois pendant cette période, mais seulement pendant des essais. Lord Howe la vendit en 1935. La suite est moins glorieuse : la Bugatti tua son second propriétaire lors d'un retournement en 1937.

Malgré sa reconstruction effectuée autour de son châssis d'origine après son accident, la Bugatti de Lord Howe reste une des plus désirables Type 51 en existence. Elle est à vendre le 19 août par Bonhams à Quail Lodge, Carmel CA, lot 36.


Paul Newman sous la Pluie

En 1979, les 24 Heures du Mans sont dominées par les voitures construites par Porsche, conduites sous la bannière d'équipes privées. 19 des 55 voitures en compétition sont des Porsche, réparties entre les modèles 934, 935 et 936. La marque occupe les 4 premières places du classement final.

Cette situation récompense l'effort fait par Porsche de répondre aux règles compliquées de la FIA, qui exige que les voitures de compétition des Groups 1 à 5 s'appuient sur des modèles de production avec une quantité minimum. La Porsche 934 répond au Group 4 (special grand touring), la 935 au Group 5 (sports) et la 936 au Group 6 (prototype). Chaque année apporte des variantes à ces modèles.

Sous une forte pluie, Le Mans 1979 n'est pas spectaculaire du point de vue sportif. Les prototypes disparaissent progressivement de la tête de course après les premières heures. Le vainqueur final est une Porsche 935 améliorée par Kremer Racing.

Heureusement, Paul Newman a attiré la foule. L'acteur âgé de 54 ans participe pour la première fois à l'épreuve. La Porsche 935 type 77A conduite par Stommelen, Newman et Barbour termine à la seconde place.

C'est un exploit pour Newman mais aussi pour cette voiture toute neuve dont c'était le premier engagement. Jusqu'en 1987, elle sera utilisée intensément en compétition. Elle obtient la première place aux 24 Heures de Daytona en 1981 et aux 12 Heures de Sebring en 1983.

Cette Porsche au palmarès prestigieux est estimée $ 4,5M à vendre par Gooding à Pebble Beach le 20 août, lot 060. Voici le lien vers le communiqué de presse.

L'Héritage de Carroll Shelby

Carroll Shelby arrête sagement la compétition pour raisons de santé en 1960. Il peut désormais se consacrer à un projet visionnaire : créer une voiture qui soit capable de vaincre les Européennes. ll réussira là où les grandes marques Américaines avaient échoué.

L'idée de base de Shelby était simple : assembler un moteur surpuissant sur un petit châssis. Cette conception a aussi assuré la réussite de Porsche. La difficulté de réalisation pour maintenir la performance en tenue de route nécessitait toute l'expérience d'un champion.

Shelby n'est pas encore un entrepreneur. Il cherche dans le monde entier le châssis et le moteur qui répondront le mieux à son besoin.

En Angleterre, la petite société AC Cars a un problème majeur : le moteur utilisé sur l'AC Ace n'est plus fabriqué. Le projet de Shelby arrive au bon moment pour démarrer une coopération. Ford travaille à la même époque sur le développement de moteurs légers. Shelby emprunte un châssis AC et fait assembler un moteur V-8 221 inches cubes par Ford à Dearborn. La faisabilité est assurée.

Shelby doit désormais mettre au point les détails techniques. Il demande à AC des modifications du châssis qui deviendra l'AC Cobra, et choisit un moteur Ford V-8 260 cubic inches (4,2 litres). Le prototype est assemblé en février 1962 en Californie par Shelby assisté par Dean Moon.

Ce prototype nommé CSX 2000 est mythique. Il sert à la fois au développement technique et au marketing. Shelby n'a pas les moyens financiers d'assembler d'autres voitures et peint son unique prototype d'une couleur différente à chaque présentation à la presse spécialisée pour laisser croire qu'une chaîne de production est déjà opérationnelle. Les performances de la CSX 2000 enthousiasment Ford. La suite est une remarquable success story Américaine.

Carroll Shelby a conservé la CSX 2000. Elle est intacte, et a conservé les traces d'outil de sa mise au point par Shelby et Moon. Ami de Rob Myers, Shelby avait convenu que la CSX 2000 serait vendue aux enchères par RM après sa mort. Elle est offerte par RM Sotheby's à Monterey le 19 août, lot 117. L'estimation de la "plus importante voiture de sport Américaine de l'histoire" n'est pas publiée.

Je vous invite à regarder la vidéo partagée par RM.

20 juil. 2016

Au-Delà de la Vulcan

La compétition technologique est de plus en plus vive entre les constructeurs automobiles, comme dans les années fécondes d'après-guerre. Les modèles les plus enthousiasmants du moment ne sont peut-être eux aussi que des modèles de transition.

Dévoilée en février 2015, l'Aston Martin Vulcan se positionne en concurrente de la McLaren P1 GTR et de la Ferrari FXX K. Elle est uniquement homologuée pour la piste mais le constructeur laisse filtrer qu'une adaptation pour la route aurait pu être étudiée sans difficulté majeure.

Les voitures de piste sont souvent désormais des réalisations exclusives pour lesquelles le fabricant choisit le client. La Vulcan a été limitée à 24 unités réalisées en 2016. Le prix de vente annoncé avant le lancement était de $ 2,3M incluant la formation du client au pilotage mais le prix de revient incluant les taxes d'importation et les options peut être beaucoup plus élevé.

La onzième Vulcan vient aux enchères, ce qui signifie que son propriétaire a renoncé à son entraînement. Le fabricant n'a pas commenté, sinon en reconnaissant que le client fait ce qu'il désire avec sa voiture. Elle est estimée $ 2,3M à vendre par Mecum à Monterey le 20 août, lot S99. Elle est une des trois Vulcan qui avaient été livrées aux Etats-Unis.

Malgré ses avancées en termes de stabilité, indispensables pour la crédibilité d'une supercar, la Vulcan a encore des caractéristiques classiques comme la position avant du moteur. Avec son bloc V 12 de 7 litres développant 820 chevaux, elle atteint aux alentours de 320 km/h.

Le choix de la réalisation en série limitée est à corréler avec le fait qu'Aston Martin développe aussi un hypercar à moteur centré, en coopération avec Red Bull Technologies, avec un objectif de livraison des premières voitures pour début 2018. Les propriétaires de la Vulcan seront prioritaires. Actuellement désigné sous le code AM-RB 001, ce modèle sera offert en deux variantes, pour la route et pour la piste. Cette sensationnelle hypercar aura des performances similaires à une formule 1.

Comme pour la DB-10 conçue exclusivement pour James Bond en 2014, les choix esthétiques de la Vulcan anticipent les futurs modèles commerciaux d'Aston Martin. Cette marque est extrêmement ambitieuse mais la concurrence est rude.

Je vous invite à regarder la vidéo partagée par Mecum :

Un Coupé par Bohman and Schwartz

Né dans une famille d'industriels du bois, Walter M. Murphy chercha fortune en Californie. En 1920 il ouvre un atelier de carrosserie à Pasadena en s'appuyant sur l'expérience professionnelle d'un de ses associés. Il n'a pas de concurrent pour l'automobile de luxe dans la région et devient le pourvoyeur de voitures Duesenberg pour la très riche clientèle de Hollywood.

Homme d'affaires avisé, Murphy n'avait donc pas une formation ni une vocation pour la carrosserie automobile. La cessation très soudaine de sa société en avril 1932 n'est pas liée à la crise économique car le carnet de commande était abondamment rempli. Murphy avait perdu pas mal d'argent dans un investissement et éprouvait le besoin de changer d'activité. Il deviendra l'année suivante un important concessionnaire de la Standard Oil Company.

Le repreneur de la société ne parvient pas à redémarrer l'activité. Cette situation est une opportunité pour deux anciens employés de Murphy, Bohman et Schwartz, qui s'associent pour traiter les contrats inachevés par leur ancien patron et proposer leurs services pour la transformation de carrosseries de toutes marques.

L'actrice Marie Dressler posséda brièvement une limousine décapotable assemblée par LeBaron sur une Duesenberg Model J long châssis, le sommet du luxe automobile à cette époque. Sa voiture est achetée en 1933 par le producteur et réalisateur de cinéma Roy Del Ruth.

Beaucoup plus jeune que Dressler, Del Ruth a besoin d'un luxe plus moderne. Il commande à Bohman and Schwartz la transformation de sa Duesenberg en coupé décapotable. Cette commande spécifique fait de cette voiture le seul exemple de coupé décapotable Model J LWB par B and S. Elle est estimée $ 3,5M à vendre par Mecum à Monterey le 20 août, lot S114.

Je vous invite à regarder la vidéo partagée par Mecum :

Le Cheval d'Enfer

Dévoilée en 2013 au Salon de l'Auto de Genève, la LaFerrari marque le retour de Ferrari au plus haut niveau des berlinettes homologuées pour la route, une position qui avait été bousculée dans les années précédentes par les variantes successives de la Bugatti Veyron.

La LaFerrari a une vitesse de pointe de 350 Km/h comparable à la Ferrari Enzo et est moins rare. 400 Enzo ont été produites de 2002 à 2004, et 499 LaFerrari de 2013 à 2015. Elle est surtout au côté de la McLaren P1 et de la Porsche 918 Spyder la pionnière de la propulsion hybride pour les véhicules de haut de gamme.

Son nom judicieusement choisi indique au public passionné que la LaFerrari est un aboutissement de la marque. Elle n'en est cependant qu'une étape. De nouvelles carrosseries sont à l'étude. La LaFerrari Aperta à toit rétractable sera dévoilée officiellement cet automne au Salon de l'Auto de Paris. La variante FXX-K pour la piste existe depuis 2015.

La LaFerrari a partagé avec la plupart de ses concurrentes une réalisation en série limitée vendue par avance, qui attise sur le second marché la convoitise des clients qui sont arrivés trop tard. La disponibilité d'un de ces véhicules devient un évènement très attendu et les prix dépassent de très loin le prix commercial d'origine.

Le 20 août à Monterey, Mecum vend une LaFerrari produite en 2014, lot S110 estimé $ 3,9M. Entièrement noire y compris son intérieur, elle est une parmi seulement trois LaFerrari peintes dans un très intense Nero Opaco. Son premier propriétaire l'avait nommée Cavallo Infernale par une étiquette métallique à la base du volant. Elle est quasiment neuve : 340 Km au compteur.

17 juil. 2016

Le Monde Fantastique de Frank Frazetta

Frank Frazetta commence sa carrière comme artiste de comic strips. Il se spécialise ensuite dans l'illustration de couvertures de livres de poche de science fiction. Il participe à la création de Vampirella en 1969.

Créateur de Tarzan en 1912, Edgar Rice Burroughs a mené ses lecteurs dans des mondes impossibles où des humanoïdes primitifs font face à des monstres antédiluviens. Son grand mérite dans l'histoire de ce genre littéraire est d'écrire pour le plaisir et l'émotion du lecteur, sans intention d'interprétation sociale. Six décennies plus tard, Frazetta est le meilleur illustrateur des actions intenses des créatures de Burroughs.

A peine vêtus d'un pagne et, pour les femmes, de quelques bijoux, les personnages de Frazetta sont extrêmement musclés, confiants dans leur force pour affronter les bêtes immondes qui jalonnent leur vie quotidienne.

Le 5 août à Dallas, Heritage vend au lot 92069 une huile sur toile 55 x 75 cm réalisée en 1974 par Frazetta pour la page de couverture d'une réédition de At the Earth's Core de Burroughs.

Dian la Belle est en pleine lumière au centre de l'action. Au premier plan, un gigantesque reptile marin Mahar sort ses griffes pour l'agresser. L'ambiance est renforcée par la présence à peine visible d'autres ennemis reptiliens ou simiesques à l'arrière plan. Le communiqué de presse du 15 juillet annonce un objectif de prix au-delà de $ 900K pour ce chef d'oeuvre de l'illustration de science fiction.

Heritage offre régulièrement des oeuvres importantes de Frazetta, et la cote de cet artiste monte. Le 13 mai 2016, The Norseman, huile sur toile 45 x 60 cm peinte en 1972, a été vendue pour $ 450K incluant premium. Une Vampirella brandissant son poignard contre les bêtes sauvages, peinte en 1970, a été vendue pour $ 287K incluant premium le 2 août 2013.

16 juil. 2016

Un Authentique Superman

L'invention des super-héros est une étape clé de l'histoire des comics et un point de non-retour. Action Comics # 1 est publié le 18 avril 1938 par la société Detective Comics avec une date nominale de Juin 1938. Cette édition est le Saint-Graal incontesté de ce hobby, avec la force surhumaine de Superman exhibée en page de couverture.

Superman est un héros aux pouvoirs surnaturels. En l'adaptant pour le format des comic books, les auteurs, Siegel et Shuster, ont eu l'idée féconde de transformer leur monstre inspiré à l'origine de l'histoire de Frankenstein en un propagateur du bien, défenseur infatigable de la veuve et de l'orphelin. Le magazine Action Comics accepte d'exploiter cette conception innovante. Un contrat d'exclusivité est signé.

Un exemplaire en très bel état gradé 9.0 par CGC a été vendu pour $ 2,16M sans addition de frais d'acheteurs par Comic Connect le 30 novembre 2011. Ce micro-marché caractérisé par la recherche du meilleur état possible est très similaire au cas de la carte de baseball T206 Wagner dont un exemplaire a atteint un prix de même niveau le 29 mars 2013.

Comme pour les pièces de monnaie ou les billets de banque, quelques exemplaires ont des qualités qui les surclassent par rapport à leur grade certifié. Le 4 août à Dallas, Heritage vend sans prix de réserve au lot 91001 un Action Comics # 1 gradé seulement FN - (lesser than Fine) 5.5 par CGC.

Cet exemplaire est exceptionnel par la brillance des couleurs. Le papier décrit entre crème et "blanc cassé" (off-white) est comparable à l'état neuf, et les agrafes ne sont pas oxydées. Il a pour cette raison déjà dépassé dans les enchères en ligne la valeur de référence estimée à $ 465K pour un état légèrement meilleur Fine 6.0. Le communiqué de presse du 15 juillet définit un objectif de prix à $ 750K.

Décrit précédemment comme Apparent Very Fine 7.5 par le même organisme de certification, il est handicapé par quelques blessures sur les bords et la tranche. Une tentative de réparation a pu être annulée sans dommage pour le livre, ce qui lui apporte le très recherché Blue label accordé par CGC aux exemplaires authentiques non modifiés.

14 juil. 2016

Les Poupées Effrontées d'Emile Jumeau

La société Jumeau domine le marché de la poupée française à partir des années 1840 à tel point que les modèles les plus anciens n'ont pas eu besoin d'être signés et sont difficilement identifiables aujourd'hui. Un soin important est apporté dès les débuts à la qualité du trousseau.

Sous la direction d'Emile-Louis Jumeau, le fils du fondateur, les modèles se diversifient. L'innovation de la poupée Jumeau incassable est très appréciée des jeunes utilisatrices et de leurs parents. Jumeau comprend que la tête doit être jolie. Les poupées de cette nouvelle tendance réaliste sont appelés Bébés à partir de 1879.

Le modèle Jumeau Triste est un des plus anciens exemples de Bébés. Pour faciliter la production, la tête est spécialement conçue pour pouvoir être utilisée après peinture soit en fille soit en garçon.

La Série Fantastique, introduite en 1891 ou 1892 avec des numéros de modèles commençant par 200, est une curiosité. Les nouvelles petites demoiselles sont retravaillées au niveau des yeux et de la bouche pour montrer une attitude rieuse ou effrontée qui les disqualifient pour un usage en jouet.

A cette époque, Jumeau emploie 200 personnes et produit environ 100 000 poupées par an. La production de la Série Fantastique restera extrêmement faible comme le montre sans ambiguïté l'inventaire de 1899 accompagnant la fin de l'activité autonome de la société Jumeau. L'intention de Jumeau ne pouvait pas dans ce contexte être la recherche d'un profit. La Jumeau Fantastique est plutôt artistique, anticipant de deux décennies les poupées d'Albert Marque habillées par Margaine-Lacroix.

La 201 au rire exubérant est une des plus rares. L'une d'elles de tête 11 et hauteur 61 cm a été vendue pour $ 285K incluant premium par Theriault's le 22 novembre 2014.

Le 26 juillet à Washington DC, Theriault's vend trois poupées Jumeau de la série 200. Le lot 18, estimé $ 80K, est une intéressante et insolente tireuse de langue de tête 9 haute de 51 cm. Le lot 19, estimé $ 50K, est une sympathique rieuse aux yeux mi-clos, de même dimension. Le lot 17, estimé $ 40K, est une grande Lady adulte de tête 11 assemblée en 1905. A cette époque la SFBJ continuait à utiliser les éléments fabriqués par Jumeau ainsi que sa marque.

10 juil. 2016

Le Meilleur Espoir d'Edmonton

La carrière de Wayne Gretzky est en tous points exemplaire. Enfant prodige du sport, il joua ensuite durant vingt saisons dans la National Hockey League (NHL) et eut l'honneur sans précédent d'être reçu au Hockey Hall of Fame l'année même de sa retraite de joueur en 1999.

Né dans l'Ontario, Gretzky apprit à patiner sur glace à l'âge de deux ans et dix mois. Il participa aussi très tôt à des parties de hockey avec des garçons plus âgés que lui et démontra à la fois son habileté et son intelligence du jeu.

Sa vocation est assurée : il deviendra professionnel. A cette époque la World Hockey Association (WHA) concurrence la NHL. Contrairement à la NHL, la WHA ne requiert pas un âge minimum pour ses joueurs. Gretzky signe en juin 1978 un premier contrat avec un club de la WHA, les Indianapolis Racers. Ce club au bord de la faillite cède le joueur aux Edmonton Oilers. Un contrat de dix ans est signé en janvier 1979.

Gretzky tient toutes ses promesses de joueur exceptionnel dans cette saison 1978-1979 qui est la toute dernière de la WHA. Les Oilers sont alors admis à la NHL, permettant à Gretzky de devenir un professionnel de la NHL avant même d'atteindre l'âge légal exigé par cette ligue.

Les éditeurs de cartes de sports sont attentifs à montrer les futures vedettes. Le leader de ce marché pour le hockey est une opération coordonnée entre deux industriels du chewing gum : l'Américain Topps édite les cartes avec un dos anglais et le Canadien O-Pee-Chee les mêmes cartes avec un dos bilingue.

La carte numéro 18 préparée pour la saison 1979-1980 est la première à montrer Wayne Gretzky, avec les chiffres sportifs de sa première année professionnelle. Elle annonce Wayne comme le meilleur espoir professionnel depuis Guy Lafleur. Elle n'est pas rare mais un seul exemplaire O-Pee-Chee a été gradé GEM MT10 par PSA, signifiant un état parfait de l'impression des couleurs, du centrage et de la découpe, sans aucun défaut.

Cette carte parfaite honorant le rookie year du plus impeccable des joueurs de hockey sur glace a été vendue pour $ 94K incluant premium par SCP Auctions le 1er mai 2011. L'engouement des cartophiles pour des sports variés est croissant. Elle est maintenant estimée $ 400K à vendre par Goldin à Atlantic City le 4 août, lot 25.

La Nouvelle Vérité de Galilée

Né en Toscane, Galileo Galilei s'intéresse à la physique appliquée. Sa position de professeur de mécanique appliquée, mathématiques, astronomie et architecture militaire à l'université de Padoue est idéale pour ses recherches : l'Arsenal de Venise a un besoin permanent d'améliorations technologiques et Galilée sera son Archimède.

Tout reste à faire dans son domaine et ses avancées sont fréquentes et nombreuses. En 1597, Galilée transforme le compas en un instrument d'analyse quantitative de nombreuses figures géométriques, dans un but d'applications militaires. Il publie cette invention prometteuse à compte d'auteur en 1606. Il répond l'année suivante par un autre livre à Baldassare Capra qui l'accusait de plagiat.

Un exemplaire de ces deux très rares petits livres reliés en un seul volume est estimé £ 250K à vendre par Christie's à Londres le 13 juillet, lot 40.

Galilée avait déjà compris que des observations méticuleuses du ciel permettent d'améliorer la modélisation des phénomènes physiques. En 1604 son observation d'une nova est une première exception au dogme d'Aristote sur l'inaltérabilité des cieux, considéré comme une vérité intouchable par l'Eglise.

La plus grande avancée scientifique de Galilée vient en 1609 quand un ami l'informe de la réalisation d'une lunette d'approche par Lippershey. Galilée veut regarder le ciel avec la méthode de cet opticien Hollandais. Après une phase frénétique d'essais et d'erreurs, Galilée obtient un instrument satisfaisant.

Le ciel vu par Galilée avec sa lunette astronomique est très différent du modèle classique. En quelques semaines le savant découvre la texture complexe de la Voie Lactée, la rugosité de la surface de la Lune et les satellites de Jupiter. Avec ces nouvelles informations l'astrologie perd d'un seul coup tout son sens.

Il faut faire vite pour ne pas tomber dans de nouvelles querelles d'antériorité. Galilée publie son livre Sidereus Nuncius (le Messager des Etoiles) à Venise en mars 1610. C'est trop pour les traditionalistes. Galilée a pris soin de taire l'hypothèse héliocentrique mais son livre réfute définitivement le système de Ptolémée. Les persécutions religieuses vont désormais commencer mais Galilée sait que ses observations et leurs conséquences sont scientifiquement irréfutables.

Une édition originale du Sidereus Nuncius est estimée £ 200K par Christie's dans la même vente que ci-dessus, lot 41.

2 juil. 2016

Le Drapeau Britannique flotte sur La Havane

Le capitaine français Dominique (plus tard Dominic) Serres visite Cuba avant d'être fait prisonnier par la marine Britannique à la fin des années 1740. Il s'établit à Londres dix ans plus tard pour devenir artiste. Il sera en 1768 un membre fondateur de la Royal Academy.

Serres se spécialise dans la peinture d'histoire contemporaine. Sa connaissance du Canada et des Antilles est un avantage pour montrer les opérations militaires de la Guerre de sept ans, à laquelle il n'a pas participé. Le lieutenant Philip Orsbridge a publié vers 1766 des illustrations relatives à la prise de La Havane par la marine Britannique en 1762. Serres s'inspire certainement des images d'Orsbridge, mais pas uniquement.

En 1767, Serres peint quatre vues 52 x 77 cm du siège de La Havane. Une paire provenant de cet ensemble a été vendue pour £ 195K incluant premium par Sotheby's le 9 juillet 2014.

Ces essais apportent à Serres ce qui fut probablement la plus importante réalisation de sa carrière : une série de onze huiles sur toiles peintes entre 1770 et 1775 retraçant les préparatifs, la prise du fort et de la ville et les suites immédiates de la bataille de La Havane, sur commande du comte d'Albemarle et de son frère Lord Keppel qui avaient ensemble dirigé le siège.

La représentation topographique est soignée au point de laisser supposer que Serres avait pu rencontrer Canaletto. L'animation est intense, incluant même quelques soldats Britanniques en gros plan occupé à charger les batteries.

Les onze peintures étaient restées dans la famille des comtes d'Albemarle. Elles étaient en prêt depuis 1948 au National Maritime Museum à Greenwich et certaines d'entre elles ont rejoint les collections permanentes du musée.

Le 6 juillet à Londres, Sotheby's vend séparément quatre de ces peintures. Les préparatifs militaires occupent le lot 43, 86 x 177 cm daté 1770, estimé £ 400K, et le lot 45, 84 x 122 cm daté de la même année, estimé £ 200K. La chute du fort, sur lequel le Union Jack flotte désormais, est au lot 42. Cette très belle vue panoramique 126 x 188 cm non datée est estimée £ 800K. La quatrième vue montre la cathédrale après les évènements, 84 x 122 cm non datée, lot 44 estimé £ 300K.

Je vous invite à regarder la vidéo partagée par Sotheby's :


Purisme à Haarlem

Une fois la paix revenue, les guerres de religions ont laissé la place à des sensibilités très différentiées entre les Catholiques et les Protestants. Haarlem devient le centre d'une activité culturelle Protestante intense animée dans les années 1620 par Samuel Ampzing.

Infatigable pamphlétaire, Ampzing est aussi un théoricien qui promeut le purisme en poésie dans le but de refouler les mots d'origine étrangère. Très engagé dans la vie artistique de Haarlem, il connaît Hals, commande à Saenredam des dessins topographiques de la ville et n'omet pas de soutenir Claesz et Heda.

Peintre de vanités à ses débuts, Pieter Claesz s'intéresse à la lumière. Il développe son art autour d'une géométrie qui doit être sans faute, avec toute la complexité de la réflection plus ou moins intense sur le verre et l'étain et de la réfraction au travers du verre et des liquides. Les surfaces réfléchissantes identifient l'origine hors champ des rayons lumineux.

A partir de 1627 Claesz et Heda innovent simultanément par une restriction spectaculaire de la palette de couleurs, selon une tendance qui était déjà testée par les paysagistes. Claesz est considéré comme le pionnier de cette tendance dans la nature morte mais Ampzing accorde en 1628 une importance égale aux deux artistes dont il est difficile d'identifier s'ils étaient amis ou concurrents.

Le 6 juillet à Londres, Sotheby's vend une nature morte de déjeuner peinte en 1629 par Claesz, huile sur panneau 45 x 61 cm, lot 15 estimé £ 1,8M. Il a disposé sur la table un grand roemer empli de vin, un verre façon Venise couché et plusieurs assiettes d'étain. La seule couleur vive est le jaune des citrons. Quelques olives vertes complètent la composition.

1 juil. 2016

Des Pois dans le Jardin

Le monde scientifique du XIXème siècle requérait une curiosité pluridisciplinaire. Johann Mendel voudrait bien devenir un savant. Sa condition sociale ne lui permet pas et il entre en 1843 dans un monastère catholique de Brünn (Brno) spécialisé dans l'enseignement. Il prend le prénom de Gregor sous lequel il sera plus connu.

Le rêve de formation du jeune homme se concrétise en 1851 quand il suit des cours à l'université de Vienne. Il est intéressé par l'utilisation des mathématiques. Ce fils de paysans choisit d'étudier l'hybridation des animaux et des plantes sans pour autant abandonner la météorologie qui fut la passion de toute sa vie.

Ses supérieurs n'apprécient pas du tout ses observations sur l'accouplement des souris. Il choisira dorénavant une plante. Les pois ont des caractères différenciés qui sont facilement identifiables. De 1854 à 1863 Gregor Mendel réalise des statistiques sur sept caractéristiques de 28 000 pois observés dans le jardin du monastère.

Le choix était bon. La proportion des deux couleurs était de 3 pour 1 dans la population de ces plantes mais l'hybridation entre deux éléments de couleur différente donne une population homogène à la première génération. Mendel conçoit qu'un facteur invisible donne à l'une des couleurs un caractère dominant. La recombinaison permet de revenir à la proportion normale dès la génération suivante.

En 1861 Mendel est un des fondateurs de la Société des Sciences Naturelles de Brünn. Il y expose ses résultats en deux conférences en 1865. La Société publie son rapport en 1866 en 47 pages dans son bulletin qui est diffusé à 134 institutions scientifiques. 40 tirés à part sont fournis à l'auteur selon la tradition habituelle propre aux communications scientifiques. Mendel les utilise. Un seul correspondant lui répond : il met des doutes sur ses travaux.

Elu supérieur de son couvent en 1868, Mendel a trop de travail. Ses conférences de 1865 restent le seul témoignage de son invention d'une nouvelle science, la génétique. Son travail restera inaperçu jusqu'en 1900 et les versions originales de son rapport sont par conséquent extrêmement rares. Un tiré à part est estimé £ 200K à vendre par Christie's à Londres le 13 juillet, lot 177.