27 août 2016

Taches d'Huile sur le Bol à Thé

Sous les Song la cérémonie du thé atteint un raffinement extrême qui exige une amélioration des porcelaines. Les potiers acquièrent une maîtrise sans précédent des réglages des fours mais aussi de la chimie appliquée aux glaçures.

Le thé est préparé en poudre sur laquelle l'eau bouillante génère une mousse blanche qui est plus agréable quand la porcelaine est sombre. Les fours de Jian apportent un raffinement visuel supplémentaire. La glaçure saturée en fer inclut des précipités chimiques qui créent des motifs différents selon le moment précis auquel le processus est stoppé.

Le premier effet composé de stries est appelé fourrure de lièvre. L'étape suivante encore plus subtile apporte un réseau de taches irisées, parfois avec des halos. Les chimistes modernes n'ont pas réussi à reproduire la pureté chimique en oxyde de fer des gouttes solidifiées des porcelaines Song.

Le 15 septembre à New York, Christie's vend un bol à thé de 12 cm de diamètre de technique Jian réalisé pendant la période des Song du Sud il y a environ 800 ans, lot 707 estimé $ 1,5M, avec une rare et superbe surface de taches d'huile sur fond noir.

Les Japonais ont continué d'apprécier les bols à thé noirs des Song, qu'ils ont imités sous le nom de tenmoku. Le bol à vendre est accompagné d'une boîte en laque probablement d'époque Edo et a été classé au Japon comme un objet d'art important de 1935 à 2015. Il provient d'une collection Japonaise de porcelaines Chinoises anciennes.