3 sept. 2016

Les Plaisirs de la Chasse

La personnalité flamboyante de Gaston III, comte de Foix et vicomte de Béarn, donne une version réelle du chevalier médiéval idéal. Il règne sans partage dans ses montagnes, joue de la rivalité entre français et anglais pour renforcer son autonomie et fait la guerre à ses voisins avec vaillance et ruse.

Gaston est le roi soleil de son temps et se fait surnommer Febus, qui sera ré-orthographié Phebus à la Renaissance. Il aime les plaisirs et les femmes et compose des poèmes. Le commentaire du chroniqueur Froissart qui lui rend visite à Orthez en 1388 ou 1389 est extrêmement laudatif.

Gaston Febus est un grand chasseur. En 1387 et 1388 il compose en français un des tout premiers livres spécialisés sur ce thème, pour perpétuer et partager sa passion et sa technique.

L'édition princeps du livre de Gaston Phebus est réalisée vers 1507 à Paris par le très actif libraire Antoine Vérard sous le titre "Des deduiz de la chasse des bestes sauvaiges et des oyseaux de proye". L'éditeur y a joint un très long poème anonyme de chasse intitulé "Roman des oyseaux" identifié plus tard comme l'oeuvre composée après 1359 par Gace de la Bigne à la demande du roi Jean le Bon. "Déduits" est un mot désuet qui signifiait "plaisirs".

Cet in-quarto 23 x 17 cm est illustré d'environ 50 figures d'animaux et de scènes de chasse en gravure sur bois. Certaines figures ont été réutilisées par Vérard à partir d'ouvrages précédents et n'ont donc aucun lien avec les manuscrits enluminés du livre. Le texte est imprimé sur deux colonnes.

Un exemplaire de cette édition est estimé € 150K à vendre par Sotheby's à Paris le 5 octobre, lot 212.