17 sept. 2016

Poésie sous la Lune

Zao Wou-Ki n'est pas un poète comme les autres. Il ne s'exprime pas par les mots mais par la peinture. Dès son arrivée à Paris il cherche la quintessence des thèmes figuratifs, associés à une proto-calligraphie qui mêle l'Occident et l'Orient en suivant à la fois l'écriture automatique de Michaux et le mystère des Oracle bones de l'ancienne Chine.

Exprimant l'harmonie des ombres entre le jour et la nuit, Vert émeraude est un de ses premiers exemples d'art sans élément figuratif. Peinte en 1950, cette huile sur toile a été vendue pour HK$ 70M incluant premium par Christie's le 28 mai 2016.

Le poète opère ensuite plus systématiquement un glissement continu vers l'abstraction. Il ne voit plus les bateaux et les arbres évanescents dans la brume. Il voit la pluie, le vent, le gel, la lumière, tous ces éléments sans forme propre qui créent l'atmosphère et la poésie de notre planète. Sa couleur est devenue un intercesseur entre le spectateur et le monde et sa pseudo-calligraphie ne sera bientôt plus nécessaire.

Le 2 octobre à Hong Kong, Sotheby's vend Paysage dans la Lune, huile sur toile 117 x 88 cm réalisée pendant l'hiver 1954-1955, terminée en janvier 1955, lot 1017 estimé HK$ 40M.

Le titre est trompeur, sans doute involontairement, avec son allusion extra-terrestre. Le thème est l'ambiance d'un clair de lune par une belle nuit glaciale d'hiver, avec une opposition entre les masses sombres du premier plan qui peuvent encore être la silhouette des arbres et l'explosion de lumière du reste de la surface accentuée par un mouvement ascendant de la pseudo-calligraphie.