23 oct. 2016

L'Imprimeur de Picasso

Dès son arrivée à Paris, Pablo Picasso avait été soutenu par Vollard. Les conditions dans lesquelles ils démarrent ensemble en 1930 le projet d'une série de gravures n'ont cependant pas été documentées. Ces cent illustrations ont été nommées la Suite Vollard après la mort accidentelle de l'éditeur survenue en 1939.

La plupart de ces images ont été préparées entre 1930 et 1934. En admirant la douce Marie-Thérèse, Pablo retrouve les élans fougueux de sa jeunesse. Loin du cubisme, les minotaures et les faunes approchent avec brutalité ou délicatesse des femmes assoupies aux rondeurs attractives. Le complément au chiffre symbolique de 100 est assuré en 1937 avec trois portraits d'Ambroise Vollard.

En cours de route avant 1934 la rencontre de Picasso avec Roger Lacourière modifie la qualité du graphisme et de l'impression. Les dessins deviennent plus riches. Picasso aime expérimenter et suit les instructions de son nouvel imprimeur qui lui apprend les possibilités variées du burin, de l'aquatinte et de la pointe sèche.

310 copies de chaque image sont effectuées incluant 50 destinées à la publication de luxe en grandes marges sur format de feuille 51 x 39 cm. Après la mort de Vollard, ce stock encore presque intact est acquis par le marchand Henri M. Petiet qui vendra de nombreuses images à l'unité. Pour cette raison les ensembles restés complets sont extrêmement rares. Picasso a signé bon nombre d'épreuves avant et après la mort de Vollard.

Voici ci-dessous trois cas de séries complètes à grandes marges de la Suite Vollard.

Un ensemble partiellement numéroté par Picasso du vivant de Vollard mais complètement signé par l'artiste a été vendu pour CHF 2,65M incluant premium par Galerie Kornfeld le 15 juin 2012.

Un ensemble acquis par Petiet et entièrement signé par Picasso a été vendu pour £ 2,65M incluant premium par Sotheby's le 19 juin 2013.

Le 14 novembre à New York, Sotheby's vend la collection complète assemblée par Lacourière. L'imprimeur avait conservé des épreuves de très beau contraste réalisées avant et pendant ses propres travaux. C'est le cas rare d'un ensemble qui n'a pas été possédé par Petiet mais les planches ne sont pas signées. Il est estimé $ 2M, lot 11.