23 nov. 2016

Art Ensor et As de Pique

L'expression de la dérision sociale par l'art pictural ne peut pas trouver un bon accueil de la part du public de la fin du XIXème siècle. James Ensor fait le contraire de tous les autres artistes. Quand il voit ses oeuvres refusées dans les expositions, il se retire dans sa ville natale d'Ostende où il choisit les thèmes les plus propices à choquer le bourgeois. Bien des années plus tard, quand il sera célèbre et reconnu, il cessera de peindre.

Le jeune artiste est un très bon connaisseur de l'art ancien. L'Entrée du Christ à Bruxelles, peinte en 1889, est une scène de foule d'inspiration anarchiste dans un thème inspiré de Bosch et Bruegel.

Ensor vit pour son art sans fournir d'informations sur sa vie privée, mais il aime introduire sa vraie image parmi les masques de carnaval. Les danses macabres l'inspirent et ses squelettes sont des auto-portraits. Il est grand et fort. Le hussard à tête de mort qui domine les autres personnages de la scène, c'est encore lui.

James Ensor introduit dans son art des énigmes et des messages à décoder. La petite huile sur toile 16 x 21 cm intitulée Squelettes se disputant un hareng peinte en 1891 est un chef d'oeuvre du surréalisme un quart de siècle avant la création de ce mouvement. Il n'y a pas de différence de prononciation en français entre Hareng saur et Art Ensor.

Une huile sur toile 30 x 51 cm vient de faire surface. Intitulée Squelette arrêtant masques, cette huile sur toile avait été longtemps conservée par l'artiste qui l'a donnée à un ami. Emile Verhaeren l'avait répertoriée dans l'atelier d'Ensor en 1908 mais elle n'avait jamais été photographiée ni exposée. Elle est estimée € 1M à vendre par Sotheby's à Paris le 7 décembre, lot 11.

Squelettes arrêtant masques a été peinte en 1891 et présentes de nombreuses similitudes de style avec Squelettes se disputant un hareng : les personnages sont vus à mi corps laissant toute la partie haute de l'image pour un superbe ciel Ostendais.

La scène montre sept masques typiques du carnaval d'Ostende opposés au hussard qui parvient à les repousser. L'opposition est sociale : on ne sait pas quelle sordide vérité chaque masque peut cacher ni à quoi les bons bourgeois d'Ostende veulent jouer pendant le carnaval. La tête de mort du soldat montre sa réalité, elle est le contraire du masque. Ce squelette vit sa propre vie dans un monde dérisoire et rejetable, comme fait l'artiste lui-même.

Squelettes arrêtant masques est signée ENSOR accompagnée d'un as de pique rouge qui semble unique dans l'art d'Ensor et n'a pas été décodé. Cet as désigne à mon avis l'artiste comme le champion de ses opinions contestataires. La carte de pique est un symbole militaire qui renforce l'identification du hussard comme un auto-portrait. Le rouge est le symbole de la révolution pour les socialistes.