8 nov. 2016

Expressions de Londres

La visite de Gerhard Richter à Londres en 1987 a été très importante pour sa notoriété Européenne. Revenu dans son atelier, il prépare quatorze peintures qui seront exposées à la Anthony d'Offay Gallery en mars et avril 1988. D'Offay est un grand incitateur de la création artistique : en 1986 c'est ce marchand d'art qui était derrière l'ultime grande série par Warhol connue plus tard sous le nom de Self portrait Fright wig.

Les quatorze peintures abstraites occupent la salle d'exposition comme l'avaient fait les nymphéas de Monet dans le projet des Grandes Décorations. Richter les a peintes au pinceau et à la raclette selon la méthode développée par lui en 1986, obtenant une grande brillance par la superposition de l'impasto et des couches fluides. Elles montrent également une texture tachetée qui est vibrante.

Richter n'a pas abandonné son idée de l'absence de signification de l'art et plus spécifiquement de sa propre peinture. La mise en parallèle de cette série de "vues" expressionnistes abstraites avec la vision offerte par Monet des couleurs et lumières au travers du brouillard de Londres est attractive mais sans doute erronée.

Ces images homogènes sont différenciées par un titre qui appelle un monument ou un lieu de Londres. Brick Tower est un élément de la Tour de Londres. AB 643-1 Brick Tower, huile sur toile 200 x 140 cm en vision verticale a été vendue pour £ 14,1M incluant premium par Sotheby's le 1er juillet 2015.

AB 653-1 St James, huile sur toile 200 x 260 cm en format panoramique peinte en 1988, est estimée $ 20M à vendre par Sotheby's à New York le 17 novembre, lot 6.