1 nov. 2016

La Double Vénus de John Currin

En novembre 2008 j'avais discuté ensemble deux peintures par John Currin dont le point commun était une référence insistante du catalogue à des nus féminins par Cranach l'Ancien. Elles appartenaient toutefois à deux phases différentes de la carrière de l'artiste.

Currin aime travailler à partir d'images réalisées par les maîtres de la Renaissance jusqu'à reproduire leurs erreurs dans la proportion du corps. Il assemble des têtes âgées sur les corps nus. Une de ces femmes ménopausées et revêches vue de dos, huile sur toile 122 x 91 cm peinte en 1993, n'a aguiché aucun acheteur chez Phillips de Pury le 13 novembre 2008.

Il était bénéfique pour l'artiste et son oeuvre qu'il transfère ses pulsions érotiques sur une muse vivante. Il tombe amoureux en 1994 de la femme sculpteur Rachel Feinstein. Agée de 23 ans, elle a le corps long et les petits seins d'une Venus de Cranach et la chevelure blonde ondoyante de la Venus de Botticelli. Ils se marient en 1997.

Nice 'd Easy, huile sur toile 112 x 86 cm peinte en 1999, a été vendue pour $ 5,5M incluant premium par Sotheby's le 11 novembre 2008. Elle est estimée $ 12M à vendre par Christie's à New York le 15 novembre, lot 25 A.

Deux femmes jouent une scène maniériste en nu frontal. Elles ont les mêmes caractéristiques corporelles et la même peau de porcelaine mais leur attitude est opposée. Celle de droite est rêveuse, la bouche entr'ouverte et la main sur un sein dans un geste de confiance. L'autre femme montre une joie exubérante et tend une main sur le bas-ventre de son alter ego.

Ce geste tout à fait maniériste est une prédiction de fécondité à comparer avec la main de la duchesse de Villars sur le téton de Gabrielle d'Estrées dans la très célèbre peinture de l'Ecole de Fontainebleau. Nice 'd Easy n'est pas une scène lesbienne. Elle est la projection d'un artiste masculin qui a voulu exprimer dans les mêmes termes son désir érotique et l'objet de son désir.