1 nov. 2016

Le Paysage Recomposé de Paul Cézanne

Influencé par Pissarro, Paul Cézanne tente l'impressionnisme. Les critiques d'art ne suivent pas, même ceux qui étaient favorables au nouveau mouvement. Il comprend que la liberté de la main ne convient pas à ses intentions mais retient l'intérêt majeur à peindre en plein air pour exprimer la nature.

Cézanne considère en effet qu'un paysage ou une nature morte est une construction d'éléments géométriques : sphère, cylindre, cône. Les maisons sont des cubes. Les couleurs peuvent être excessives si cela aide à exprimer un sentiment. L'art moderne est en germe dans cette profession de foi d'un artiste souvent isolé, au caractère difficile.

Cézanne est né en Provence, mais il faut attendre 1878 et l'accalmie de ses relations avec sa famille pour qu'il teste ses théories avec les superbes paysages de sa province natale. Le cerveau commande la main et les touches résolument non impressionnistes sont désormais composées d'un réseau serré de traits légèrement obliques.

D'avril 1879 à mars 1880 Cézanne vit à Melun. Retrouvant les paysages doucement vallonnés et les villages d'Ile de France, il consolide ses théories.

Le 16 novembre à New York, Christie's vend un paysage peint par Cézanne avec une route et un clocher, lot 23 B estimé $ 10M.

Cette huile sur toile 54 x 65 cm n'est ni datée ni localisée mais le style et le thème convergent sur la période de Melun. Malgré les détails du village la vue n'a jamais été reconnue avec certitude. Il ne fait aucun doute que l'oeuvre a été peinte en plein air devant le motif, un matin à contre jour. Dans l'enthousiasme de sa révolution picturale, Cézanne réinventait peut-être son paysage plus qu'il n'était nécessaire. Tout en respectant comme faisait Monet les proportions et la perspective, l'art de Cézanne s'éloigne résolument du réalisme photographique.