20 nov. 2016

Le Poème de la Neige

L'art de Chu Teh-Chun est voué à la beauté et à la poésie de la nature, qu'il exprime sous la forme de paysages abstraits. Il a retenu à la fois la subtilité des pinceaux et des lavis des artistes Song et la mémoire sensorielle de Nicolas de Staël.

A partir d'un voyage dans les Alpes en 1965, Chu introduit parfois la neige dans ses vues. En décembre 1985, son train traverse une tempête de neige. Très inspiré par cette expérience imprévue, il explore jusqu'en 1990 le thème de l'hiver blanc.

Malgré l'éloignement géographie Chu était resté en relations étroites avec Wu Guanzhong qu'il connaissait depuis près d'un demi-siècle. Wu est le grand expérimentateur de la synthèse artistique entre l'Est et l'Ouest. En 1983 il utilise le point et la ligne pour construire un paysage.

Chu fait de même pour exprimer l'infinie variété de la neige. Elle est légère ou dense et flotte dans la lumière, et devient brume ou gel. Elle est l'acteur principal de la scène en masquant les traits du paysage. L'artiste prépare la toile avec un lavis qui donnera une impression d'ensemble. Si l'effet de cette texture lui plait, il peint ses points et ses lignes, plus ou moins gros et plus ou moins denses.

Il comprend aussi l'avantage des très grands formats pour exprimer son émotion poétique mais l'ascenseur de son immeuble de la banlieue Parisienne est trop exigu pour acheminer les grandes toiles. Pour cette raison ses plus grandes scènes de neige sont réalisés en diptyques. Inspiration Hivernale, 195 x 260 cm, terminé en 1990, a été vendu pour HK$ 28,7M incluant premium par Sotheby's le 4 avril 2011.

Vertige Neigeux, 200 x 400 cm, est l'aboutissement ultime de cette série. De 1990 à 1999 Chu modifie méticuleusement cette peinture jusqu'à obtenir une parfaite satisfaction. Elle a été vendue pour HK 45,5M incluant premium par Christie's à Hong Kong le 29 novembre 2009 et revient dans la même salle de ventes le 26 novembre 2016, lot 2508.