19 nov. 2016

Le Retour des Rois Ivres

Le 29 novembre 2009, Christie's vendait pour HK$ 46,6M un rouleau à main Chinois sur le thème des Cinq Rois ivres, lot 815. Avant la vente, j'avais discuté comme suit cette image inhabituelle et sympathique :

"C'est un rouleau à main de 2,10 m de long sur 35 cm de haut peint en encre et couleurs. Le titre est remarquable : Cinq rois ivres reviennent avec leurs chevaux. Il y a en tout neuf personnages. Les rois sont sur leurs chevaux dans des attitudes vacillantes. Quatre valets sont là pour assurer que leurs honorables maîtres ne vont pas tomber.

"L'artiste se nommait Ren Renfa et vivait sous la dynastie des Yuan il y a 700 ans. Héritier d'une tradition remontant à la dynastie des Tang, il s'est spécialisé dans des images de chevaux d'une grande beauté. La nature irrévérencieuse du thème est une preuve d'humour rare dans l'histoire de l'art et laisse supposer une grande liberté artistique au temps de la domination Mongole".

Cette pièce revient en vente à Beijing le 4 décembre chez Poly Auction, lot 4050. Cette image est en très bon état de contraste malgré son âge et elle a été étudiée avec attention. La trame du papier est conforme aux technologies Song et antérieure aux Ming. Le rouleau inclut des colophons anciens ainsi que les sceaux de trois empereurs Qing.

Les Rois ivres sont nommés et faisaient l'objet d'un très ancien poème. Bien que son oeuvre ne soit pas rare, Ren Renfa n'était sans doute pas un artiste professionnel : il travaillait comme fonctionnaire impérial chargé du contrôle de l'eau. Contrairement à mon enthousiasme de 2009, il est bien téméraire d'en tirer des déductions sur la liberté d'expression artistique en son temps.

Les Tang adoraient les chevaux, pour la guerre et pour le plaisir. Des artistes comme Han Gan et Zhang Xuan dessinaient des cavaliers avec un grand réalisme et cette tradition était encore fraîche au temps des Yuan. Un autre prédécesseur de Ren Renfa était Li Longmian qui vivait sous les Song. La procession des Rois ivres par Ren présente des similitudes révélatrices avec une promenade élégante de femmes peinte deux siècles plus tôt par Li d'après Zhang et conservée au Musée de Taiwan.