18 nov. 2016

Les Joues de St Joseph

Le dessin est un travail préparatoire indispensable aux peintres de la fin de la Renaissance. Raphael et Michel-Ange réalisent des dessins de très grande qualité qu'ils conservent comme des modèles réutilisables : ce sont les ben finito cartoni. Des copies sont percées pour permettent une copie exacte des traits lors de l'exécution de la peinture. Un dessin à la pierre noire par Raphael, perforé pour une application aux fresques du Vatican, a été vendu pour £ 29,1M incluant premium par Christie's le 8 décembre 2009.

La craie rouge ou sanguine est également utilisée. Le plus ancien artiste qui ait mélangé les deux craies sur un même dessin est probablement Piero Pollaiuolo, vers 1470. Fra Bartolommeo suit cette idée dans la préparation d'un groupe de portraits autour de 1515.

Dans l'oeuvre abondante d'Andrea del Sarto, seulement trois dessins aux deux craies ont survécu. Tous les trois sont des études de têtes de vieil homme pour St Joseph. Leurs applications pour des peintures réalisées dans la décennie 1520 ont été identifiées avec certitude.

Dans la suite de Fra Bartolommeo, Andrea dessine en noir les grandes lignes de la tête et ajoute le rouge pour apporter un effet charnel sur les joues, les lèvres et les oreilles. Le dessin donnait ainsi une impression réaliste qui anticipait l'effet de la peinture.

L'un des trois dessins de St Joseph est conservé au Ashmolean Museum à Oxford. Un autre, 37 x 23 cm avec au dos une étude de jambes à la sanguine, a été vendu pour £ 6,5M incluant premium par Christie's le 5 juillet 2005.

Le troisième dessin, 23 x 18 cm avec au dos une étude d'oeil, est le plus sympathique par le regard droit et les cheveux coiffés du vieil homme. Il était apparu pour la dernière fois dans une vente aux enchères en juillet 1833 et était de ce fait inconnu lors de l'étude faite par Christie's. Il est estimé au-delà de € 500K à vendre par Gestas et Carrère à Pau le 17 décembre. Voici le lien vers le site de la maison de ventes.

Le lien dans le tweet ci-dessous mène à une étude publiée par Interencheres avec la collaboration de Gestas et Carrère et du Cabinet de Bayser, leader en France pour les expertises de dessins anciens.