25 févr. 2017

Drame dans la Glace

Les paysages Arctiques par Gerhard Richter sont associés à des tournants dans sa vie personnelle. En 1972 il effectue une croisière de dix jours au Groenland pour oublier ses déboires professionnels et conjugaux et il prend des photos presque abstraites sur le thème de la lumière sur la glace. Il se plait à évoquer le travail romantique de Caspar David Friedrich évoquant l'exploration héroïque du passage du nord-ouest dans les années 1820.

La situation est différente en 1981. Richter divorce d'avec Ema, sa femme depuis 1957, et prépare son second mariage avec Isa. Conscient qu'il est en train de clore une phase de sa vie, il se remémore son expérience intense du Groenland, avec la mer glacée sans vie dans une lumière splendide par son uniformité.

Il peint trois huiles sur toiles sur ce thème.

Eis, 70 x 100 cm, opus 476 peint en 1981, montre jusqu'à l'horizon des plaques de glace à la dérive dans ce monde où l'être humain ne peut pas accéder. Cette peinture a été vendue pour £ 4,3M incluant premium par Sotheby's le 15 février 2012. Eisberg im Nebel, de même dimension peinte en 1982, opus 496-1, est une étude de brouillard sur une mer libre.

Le 8 mars à Londres, Sotheby's vend la plus grande des trois oeuvres, Eisberg, 101 x 151 cm, peinte en 1982, opus 496-2, lot 8 estimé £ 8M. La composition est dominée par un imposant iceberg à l'horizon. Sur la mer la montagne est imperceptiblement sujette à mouvement à ce moment clé où la vie de l'artiste est en train de changer.

Je ne crois pas que la référence à Friedrich reste pertinente à cette date. A cette époque l'artiste est fasciné par la diversité de la lumière et par le défi que cela créée pour le peintre. La série des chandelles (Kerzen), bien plus ambitieuse, commence immédiatement après, opus 497-1 à 497-3, 498-1 à 498-4, 499-1 à 499-4 et prolongements.