15 févr. 2017

Etude d'un Plant de Tomates

Picasso n'a pas voulu quitter Paris pendant l'Occupation Allemande. Les temps sont durs. Les Allemands ne lui pardonnent pas son interprétation de Guernica et un décret lui interdit d'exposer son art. Pablo consacre essentiellement son travail à la nature morte qui présente un moindre risque de représailles et de confiscation.

La Libération approche et la violence s'accroît. Début août 1944 Pablo quitte son atelier du Quartier Latin devenu trop dangereux et vient passer quelques jours dans l'appartement de l'Ile Saint-Louis occupé par son ancienne maîtresse Marie-Thérèse et leur fille Maya.

Pablo n'a pas le coeur au plaisir. Il regarde un plant de tomates devant la fenêtre. Facile à cultiver avec un peu de terre, d'eau et de soleil, la tomate offre un faible complément de nourriture en plus du strict rationnement. Elle offre surtout une illusion d'initiative et de liberté dans cette période étouffante.

Pablo peint en simultané une série d'huiles sur toiles 92 x 73 cm sur ce thème. Les tomates plus ou moins lourdes et le feuillage riche ou étiolé ne sont pas une image naturaliste de la plante de Marie-Thérèse mais expriment les sentiments des Parisiens en ce temps où le futur est incertain. Une version lugubre datée du 10 août a été vendue pour $ 13,5M incluant premium par Christie's le 8 novembre 2006.

Le 1er mars à Londres, Sotheby's vend la version optimiste, datée du 6 août 1944. Les beaux fruits prêts à être cueillis font ployer les branches en une composition harmonieusement centrée. Cette peinture est estimée £ 10M, lot 8.