22 févr. 2017

La Maison de l'Aigle

J'ai écrit récemment que les titres des oeuvres de René Magritte sont le résultat du hasard. Le Domaine d'Arnheim est un sensationnel contre-exemple.

La composition montre une grande montagne enneigée vue d'un chalet. Tout est normal sauf que la cime est centrée sur une tête d'oiseau dont les détails sont zoomorphes. La surprise occasionnée par cette découverte amène à percevoir l'horizon comme les grandes ailes déployées d'un aigle. Au premier plan deux beaux oeufs sont posés sur le muret.

L'artiste a ainsi réuni deux dualités qui sont des thèmes permanents de son monde surréel : le vivant et la roche forment un couple impossible tandis que l'oeuf et l'oiseau sont en quelque sorte une métamorphose similaire à la chenille et au papillon. L'artiste a placé à partir de 1932 des oeufs dans des cages à oiseaux.

Le titre a également une double signification. Arnhem aux Pays-bas a pour origine étymologique 'la maison de l'aigle', provenant d'un mot Haut-Germain. The Domain of Arnheim est une nouvelle d'Edgar Allan Poe dans laquelle un homme à la richesse illimitée remodèle le paysage pour le rendre plus beau que ce que la nature seule peut faire. Ce titre choisi par Magritte est aussi une reconnaissance de Poe comme un précurseur du surréalisme.

De 1938 à 1962 Magritte a construit dix fois son paysage sublime, toujours avec le même titre : trois peintures et sept gouaches. La version originale, huile sur toile 73 x 100 cm, est estimée £ 6,5M à vendre par Christie's à Londres le 28 février, lot 112. Je vous invite à regarder la vidéo partagée par la maison de ventes.