15 févr. 2017

Une Jaguar pour l'Amérique du Nord

Les succès sur piste ne suffisent pas à assurer la rentabilité d'une chaîne de production. En 1956, les 25 derniers exemplaires à différentes phases d'assemblage de la très efficace Jaguar XKD (Type-D) ne parviennent plus à trouver d'acquéreur.

La marque décide de les transformer pour les proposer au marché Nord Américain avec toutes les caractéristiques nécessaires à l'homologation routière. Par cette démarche, Jaguar suit une logique de marché similaire à celle de Ferrari. La nouvelle XKSS apparaît cependant comme une opportunité unique dans l'histoire de Jaguar.

La production commence en janvier 1957 et progresse rapidement puisqu'il s'agit d'une transformation et non d'une création. Le mois suivant un incendie dans l'usine détruit 9 voitures. La population de la XKSS est ainsi limitée à 16 exemplaires.

Sans innovation technologique par rapport à la Type-D, la XKSS est pourvue d'améliorations du cockpit à deux places et du pare-brise, et l'aileron de stabilisation est retiré. Avec sa forme aérodynamique similaire à la Type-D, elle est la plus belle voiture routière de son temps.

Le 10 mars à Amelia Island, Gooding vend une de ces XKD transformées en XKSS avant l'incendie. Vendue neuve à un pilote Canadien, elle a accumulé les victoires dans les compétitions locales. Elle n'a jamais eu d'accident majeur et est restée dans un excellent état d'origine. Cette XKSS est estimée $ 16M, lot 061. Voici le lien vers le communiqué de presse.

La plus belle Jaguar routière des années 1950 mérite d'être comparée au chef d'oeuvre de la décennie suivante, la Ferrari 250 GTO. Toutes deux sont duales pour la compétition et la route, en série limitée. Leurs propriétaires les gardent jalousement et elles sont extrêmement rares aux enchères.

Pour le 75ème anniversaire de Jaguar en 2010, le modèle XKSS a fait l'objet d'une classe particulière au concours d'élégance de Pebble Beach, réunissant 12 des 16 voitures dont celle qui vient maintenant en vente.