28 mars 2017

Fusion de l'Artiste dans la Nature Sauvage

Les transitions de dynasties sont impitoyables et Zhu Ruoji naît au mauvais moment. Apparenté aux Ming, il devient moine Bouddhiste avant l'âge de 9 ans pour échapper aux persécutions des Qing. Il prend alors le nom de Yuanji Shitao. Il utilisera plus tard des noms de courtoisie qui identifient son idéal de pureté et son rejet des tentations, tantôt inspiré par le Bouddhisme et tantôt par le Taoïsme.

L'art de Shitao exprime la nature avec une très petite place laissée aux êtres humains pour s'insérer dans cette immensité. Il est un poète : sa technique de dessin est hautement originale pour son temps, préférant les lavis et les hachures par rapport au trait. Ses paysages ne sont pas localisables et sont probablement plus imaginaires que contemplatifs.

Le 3 avril à Hong Kong, Sotheby's vend un album de douze dessins 14 x 26 cm, lot 2900. La présence humaine dans la nature sauvage est symbolisée par un ermitage, un groupe de maisons ou un pont et parfois animée au loin par un personnage tranquille. Chaque dessin porte le sceau de l'artiste.

Le sage s'est fondu dans la nature avant de mourir. La calligraphie du douzième dessin est datée dinghai, avec une évocation de la maladie de l'artiste. Dinghai, 1707 de notre calendrier, est l'année de la mort de Shitao âgé de 65 ans. L'album a été daté de la même année par un admirateur. Il est en quelque sorte le testament artistique d'un sage.