5 mars 2017

Les Bronzes Rituels d'Anyang

L'histoire Chinoise émerge des brumes de la légende avec la dynastie Shang qui dura plus de cinq siècles. Le bronze vient en complément de la poterie et est utilisé surtout pour les récipients rituels. Pour le bonheur des archéologues les bronzes Shang et Zhou ont conservé un état parfait grâce à une teneur suffisante en étain. Leur décoration très finement ciselée de figures et motifs mystiques n'est pas corrodée.

Le long règne de Wu Din marque l'apogée des Shang, il y a 3250 ans. Il réside dans la nouvelle capitale Yinxu qui est aujourd'hui sur le territoire de la ville d'Anyang.

La tombe de Fu Hao, découverte en 1976, n'avait jamais été visitée par les pilleurs. Cette épouse de Wu Din avait eu une influence politique considérable, devenant même général suprême des armées. Sa tombe est un catalogue complet de l'art des Shang, incluant 1800 pièces essentiellement en jade, os, bronze et pierre sans oublier 6900 coquilles de bigorneaux qui servaient de monnaie et 16 squelettes d'esclaves sacrifiés.

Les bronzes rituels des Shang étaient de la plus grande variété de formes adaptées au stockage et à la cuisson. Les rites définissaient les quantités de récipients sacrificiels autorisés selon la position sociale. Sous les Zhou qui ont renversé les Shang, le roi pouvait utiliser 9 ding et 8 gui tandis qu'un noble était limité à 3 ding et 2 gui. La tombe de Fu Hao contenait la quantité incroyable de 200 bronzes rituels.

Le 15 mars à New York, Christie's disperse la collection d'art Chinois du musée Fujita d'Osaka, incluant quatre bronzes Shang. Le catalogue indique pour chacune de ces pièces une acquisition antérieure à 1940 par le musée. Leur similitude avec les bronzes de Fu Hao et la qualité égale ou parfois supérieure de leur technique et de leur décoration mystique laisse supposer que ces quatre pièces provenaient d'une même tombe royale. Ils ont conservé leur couvercle, sauf bien sûr le zun qui n'en a jamais.

Le lot 523, estimé $ 6M, est un récipient de 52 cm de haut de forme complexe à trois corps. Par sa grande ouverture évasée (zun) de section carrée (fang), c'est un fangzun.

Le lot 524, estimé $ 5M, est un fanglei de 63 cm de haut avec son couvercle. Par comparaison le fanglei du Père Ji, vendu pour $ 9,2M incluant premium par Christie's le 20 mars 2001, est haut de 64 cm sans son couvercle qu'il a perdu et est daté de la transition Shang-Zhou deux siècles plus tard.

Le lot 525, estimé $ 4M, est un pou de 57 cm de haut. Sa forme à deux corps avec une panse ronde sur une base en tronc de cône est archaïque mais sa décoration est comparable aux autres pièces de la vente.

Le lot 526 est le sensationnel gong zoomorphe qui a fait l'objet d'une discussion précédente dans cette chronique.

Je vous invite à jouer la vidéo partagée par Christie's pour introduire la vente.