18 mars 2017

Les Poissons Bleus

Lorsque l'empereur lui-même encourage le développement des techniques de porcelaines, l'ingéniosité des potiers de Jingdezhen n'a plus de limites. Le règne de Xuande, cinquième empereur de la dynastie Ming, est un de ces âges d'or avec de spectaculaires progrès pour le bleu et le rouge sous glaçure.

Le rouge reste difficile à réaliser et son dessin est limité à des silhouettes massives de poissons ou de fruits. Par contre le bleu de cobalt est obtenu en une suite de tons qui permet des contrastes subtils. La qualité des bleus et blancs Xuande ne sera jamais surpassée.

La finesse du dessin bleu devient exceptionnelle mais l'iconographie reste traditionnelle. Le flanc d'un bol se lit comme un dessin que l'on déroule progressivement. Le thème des poissons évoluant à mi-profondeur parmi les herbes aquatiques d'un étang est bien adapté à de telles réalisations.

Le 5 avril à Hong Kong, Sotheby's vend au lot 101 un bol en forme de cloche sur ce thème, de 23 cm de diamètre, avec un ultime raffinement : il est lobé en dix sections prolongées par la base elle-même lobée dans le prolongement. Le but est un effet visuel sans précédent : le déroulement de l'image devant les yeux donne l'impression d'un doux mouvement des poissons.

Les lobes ne sont pas nouveaux dans la porcelaine Chinoise : les soucoupes lobées pour imiter une fleur étaient une spécialité des fabuleux fours Ru à la fin de la dynastie des Song du Nord.

Une pièce aussi profonde que le bol lobé aux poissons est un exploit technique : aucune autre pièce de cette forme et de cet effet visuel n'a fait surface dans une aussi grande dimension. Deux bols de plus petit diamètre ont été identifiées dans un ancien inventaire du musée de Taipei. Des déchets d'une pièce rebutée encore plus petite ont été retrouvés à Jingdezhen.

Il est difficile d'évaluer le prix d'une telle rareté qui atteint les limites extrêmes des technologies connues sous les premiers Ming. Le communiqué de presse du 8 mars espère un résultat au-delà de HK$ 100M.