30 avr. 2017

Les Ravines de Rosedale

Tout juste diplômé Master de la Chelsea School of Art, Peter Doig reçoit le Whitechapel Artist Prize avec une invitation à préparer une exposition solo qui se tiendra en août et septembre 1991 à la Whitechapel Art Gallery à Londres.

Le jeune artiste développe une vision entièrement nouvelle du paysage tenant compte à la fois des techniques de l'Action painting et des équilibres de couleurs de l'expressionnisme abstrait.

L'effet de présence favorisée par la grande dimension des toiles ne s'appuie pas sur une perspective mais sur le masquage des plans éloignés par un réseau de la nature ou sur la difficile interprétation d'un reflet dans l'eau. L'horizon n'est pas utile dans ces compositions et disparaît comme dans le bassin de Monet.

L'année précédente ses Swamps recréaient une ambiance inspirée du cinéma. Pour préparer l'exposition de Whitechapel, Doig réutilise ses propres photos d'hiver des ravines de Rosedale, une banlieue de Toronto peuplée de très riches et somptueuses résidences.

The Architect's Home in the ravine dévoile une opulente villa au travers des troncs et des branches sans feuille de la forêt, avec un très méticuleux travail des lignes et des couleurs. Cette huile sur toile 200 x 250 cm a été vendue pour £ 11,3M incluant premium par Christie's le 11 février 2016.

Le 18 mai à New York, Phillips vend au lot 9 une huile sur toile 200 x 240 cm simplement intitulée Rosedale. Le communiqué de presse du 19 avril annonce qu'elle est attendue au-delà de $ 25M.

Encore plus que l'Architect's Home, Rosedale ouvre la nouvelle voie du style et de la technique de Doig. La logique classique aurait voulu que le bâtiment soit dessiné avant les éléments qui le cachent partiellement. Doig fait le contraire. L'image est également parsemée d'un pointillisme blanc qui exprime le froid de l'hiver. L'artiste affirme sa sensibilité aux scènes d'hiver par Bruegel dans lesquelles la neige est omniprésente sans être prépondérante.