9 avr. 2017

L'Impasto Coloré de Jean-Paul Riopelle

Né à Montréal, Jean-Paul Riopelle cherche un style nouveau pour exprimer la flamboyance de la nature. Admirateur de van Gogh, il observe la prééminence de la touche et de la couleur sur la figuration.

Il s'imprègne en 1947 des théories artistiques et intellectuelles du groupe de Paris autour d'André Breton et il développe une technique gestuelle libérée de la volonté et de la psychologie. Une tentative pour injecter ces conceptions anti-bourgeoises à Montréal est peu convaincante et il vient s'établir de façon durable à Paris en décembre 1948.

Riopelle couvre ses toiles d'un impasto de couleurs vibrantes traversé par des balafres blanches. Les couches de peinture atteignent une épaisseur considérable que l'artiste considère comme une conséquence involontaire de son acte créatif : tant qu'il n'est pas satisfait de l'équilibre visuel d'une oeuvre, il ajoute de la matière colorée avec son couteau. Ce perfectionnisme abstrait appliqué sur toute la surface de la toile a fait comparer Riopelle avec Pollock et a beaucoup contribué à sa notoriété internationale.

Autour de 1955 l'artiste trouve une solution pour travailler avec des couches plus minces. Son art perd alors sa caractéristique la plus innovante qui avait fait reculer la frontière entre peinture et sculpture.

Une huile sur toile 120 x 200 cm peinte en 1951-1952 a été vendue pour € 1,86M incluant premium par Christie's le 1er juin 2012. Le 24 mai à Toronto, Heffel vend Vent du Nord, huile sur toile 130 x 195 cm peinte en 1952-1953, lot 19 estimé CAD $ 1M.