1 avr. 2017

Mécanique et Mouvement

L'oeuvre de Galileo Galilei, à la fois expérimentateur et mathématicien, est extrêmement abondante et variée. Arrivé au soir de sa vie, le savant est pleinement conscient de l'importance novatrice de ses théories. Il rassemble les éléments les plus fondamentaux qu'il rédige sous forme de dialogues offrant au lecteur une vision claire entre l'argument et le contre-argument.

Il commence par la cosmologie. Dialogo sopra i due massimi sistemi del mondo, publié à Florence en 1632, est mis à l'Index l'année suivante. Galilée suspecté d'hérésie ne peut plus publier ses livres dans un pays catholique. Heureusement cette interdiction ne stoppe pas son travail.

Le traité de physique, intitulé Discorsi e dimostrazioni matematiche intorno a due nuove scienze attenenti alla mecanica e i movimenti locali, est prêt en 1636. Le comte de Noailles transmet une copie à Elzevier qui publie le livre à Leyde en 1638. Le livre est dédié à Noailles.

Le Discorsi inclut notamment l'affirmation par Galilée que la distance parcourue dans un mouvement naturellement accéléré est proportionnelle au carré du temps. Galilée appuie cette découverte par la description d'une expérience utilisant une bille d'acier roulant dans une rainure. Pendant trois siècles et demi le monde savant mettra en doute la possibilité de mesures suffisamment précises à cette époque pour cette démonstration. On sait aujourd'hui que cette expérience bien réelle, publiée pour la première fois dans le Discorsi, avait été faite par Galilée en 1604.

Le 26 avril à Paris (Drouot), la maison de ventes Pierre Bergé et Associés vend l'exemplaire d'attribution du comte de Noailles, lot 21 estimé € 700K. Quelques erreurs typographiques sont présentes mais sans l'habituel erratum, laissant supposer que ce livre est le tout premier sorti des presses d'Elzevier. Il est présenté dans une somptueuse reliure à la fanfare attribuée à Le Gascon, certainement réalisée à la demande de Noailles.

La physique est moins dérangeante que l'astronomie pour les autorités religieuses et les Discorsi ne seront pas menacés. Bien plus tard Einstein reconnaîtra Galilée plutôt que Newton comme le père de la physique moderne et plus généralement de la science moderne.