8 avr. 2017

Un Caprice d'Empereur

Bao Dai avait été empereur du Viet Nam de 1926 à 1945. La France tente de reconstruire sa politique coloniale en promouvant l'ancien empereur comme chef de l'Etat du Viet Nam. Les revers militaires de l'armée française à Dien Bien Phu rendent de plus en plus improbable la faisabilité du nouvel état.

Au printemps 1954 les négociations de paix se tiennent à l'Hôtel des Bergues à Genève. On comprend qu'elles soient exténuantes pour Bao Dai. Un jour sous prétexte de fatigue il quitte la conférence, traverse la rue et entre dans la boutique d'un détaillant. Il veut emporter comme souvenir de Genève une montre Rolex digne de son haut rang.

Les employés s'empressent pour satisfaire ce riche client mais il refuse toutes les montres qui lui sont présentées. On parvient à le faire patienter jusqu'à l'intervention d'un émissaire de Rolex qui apporte la plus luxueuse montre disponible, qui attendait un client depuis 1952. Bao Dai achète cette montre qui porte aujourd'hui sur le boîtier la légère usure de son utilisation fréquente.

Cette Rolex 6062 en or jaune offre dans son boîtier étanche un triple calendrier et les phases de la lune. Son cadran noir est enjolivé aux cinq marques des heures paires qui sont réalisées en diamants. C'est le seul exemplaire de cette configuration. Deux autres montres sont connues avec des diamants aux six marques impaires.

En provenance directe de la famille de l'empereur déchu, la Rolex Bao Dai a été vendue pour CHF 370K le 18 novembre 2002 par Phillips, de Pury et Luxembourg. Elle revient dans la même maison de ventes, devenue entre temps Phillips, le 13 mai à Genève, lot 93. Le communiqué de presse du 27 mars annonce une estimation au-delà de US$ 1,5M correspondant à CHF 1,5M.