3 mai 2017

Sir George et le Petit Voleur

Au tournant des années 1960 le monde de l'art exige du changement. L'abstraction a pris trop de place et occulte la figuration psychologique. Francis Bacon jouit à ce moment du plus haut niveau de la gloire à tel point que ses pulsions sado-masochistes en sont inversées : après la mort de Peter Lacy, Francis désire dominer une jeune muse masculine.

George Dyer répond parfaitement à ce nouveau besoin. Son physique puissant évoque les nus masculins sculptés par Michel-Ange. Sa vie minable de petit voleur ignorant l'art excite Francis qui bâtit l'histoire invérifiable de leur première rencontre en 1963 dans un cambriolage de son atelier. Francis appelle parfois 'Sir George' cet amant magnifique.

George a une personnalité faible qu'il compense vainement par le tabac, la drogue et l'alcool. Le colosse aux pieds d'argile devient pour Francis un sujet d'étude des contradictions humaines. Comme toujours, Francis cherche au travers de ses modèles le miroir de sa propre complexité.

Francis attrape ses pinceaux pour approfondir cette nouvelle recherche. Il aime les séries sur un fond homogène pour la possibilité de varier l'expression. Sa toute première étude pour un portrait de George est un triptyque d'éléments 35 x 30 cm permettant la grandeur nature du visage, peint en 1963.

Francis déforme le nez, les joues, et ajoute des couleurs vives pour mieux révéler les contradictions mais la forme globale reste parfaitement superposable aux photographies de George. Sur fond noir, sans information sur le vêtement, cette triple tête qui sort de l'ombre avec un regard vide est un des plus profonds témoignages par Bacon sur la misère psychologique.

Ce triptyque est vendu par Christie's à New York le 17 mai, lot 38 B, dans la vente de soirée d'art d'après-guerre et contemporain. Ce lot fait l'objet d'une publication spéciale en 134 pages avec une introduction par Brett Gorvy. Le communiqué de presse du 24 février annonce une estimation entre $ 50M et 70M. Je vous invite à regarder la vidéo partagée par Christie's :