16 mai 2017

Zhang Daqian du Mogu au Moderne

Zhang Daqian commença par être le meilleur copiste de l'art graphique Chinois de toutes les périodes. Son installation près de Sao Paulo en 1954 lui ouvre les paysages du monde et le contact avec les avant-gardes artistiques. Il rencontre Picasso à Antibes en 1956.

Le mogu est une technique très ancienne qui était déjà pratiquée sous les Tang, basée sur l'observation que la figuration graphique peut être obtenue sans dessin par des lavis.

Zhang apporte des idées nouvelles par l'utilisation d'éclaboussures de peintures en couches superposées qui créent des couleurs rares. En 1965 il expérimente sa nouvelle technique désormais proche de l'abstraction avec des thèmes variés : paysages, lotus. Certains paysages sont localisés dans les montagnes Suisses. D'autres évoquent la Chine ancienne par leur titre et par l'insertion à la fin du processus créatif de petites maisons éparpillées dessinées selon la tradition anciennes.

Splendour of the Peak, encre et couleur sur soie 172 x 90 cm, a été vendu pour HK$ 34M incluant premium par Christie's le 26 novembre 2016. Provenant de la collection Mei Yun Tang, Ancient Temples amidst Clouds, encre et couleur sur papier doré de même format, a été vendu pour HK$ 68M incluant premium par Sotheby's le 31 mai 2011 et sera vendu par Christie's le 30 mai à Hong Kong, lot 8001.

Ce nouveau style occupe Zhang jusqu'à la fin de sa vie. Intitulée An Invitation to rusticate, une étude de couleurs splendides 67 x 188 cm réalisée en 1966 a été vendue pour HK$ 72M incluant premium par Sotheby's le 27 mai 2013. Réalisée en 1982, Peach Blossom Spring est la culmination de ces mélanges subtils de couleurs abstraites et de dessins détaillés. Cette encre et couleurs 209 x 92 cm a été vendue pour HK$ 270M incluant premium par Sotheby's le 5 avril 2016.