25 juin 2017

Le Trésor venu de la Lune

Avant Apollo 11 seuls les poètes savaient parler de la Lune. On ne connaissait rien de sa composition géologique qui était peut-être toxique.

Neil Armstrong atteint le sol Lunaire le 21 juillet 1969 à 02:56:15 UTC. Après sa phrase pour la grande histoire, sa toute première activité est d'observer le sol et de prélever des petits cailloux et de la poussière. Il ne fallait pas qu'un incident ultérieur empêche cette très précieuse collecte effectuée avant même qu'Aldrin descende pour le rejoindre.

Armstrong range ses specimens dans un Contingency Sample Bag spécialement conçu pour protéger les utilisateurs contre tout danger non identifié. Le sac est réalisé avec une fibre isolante multi-couche nommée Beta cloth et du polyester et clos par une fermeture éclair en laiton. Il est vidé lors du voyage de retour avec un processus sous vide qui n'est pas bien efficace puisqu'un peu de la poussière lunaire est restée dans le sac.

Les pièces provenant d'Apollo 11 sont très rares sur le marché de l'art, à l'exception de quelques souvenirs gérés par les astronautes. Le Contingency Lunar Sample Return Outer Decontamination Bag dans lequel Armstrong a stocké provisoirement sa toute première collecte est estimé au-delà de $ 2M à vendre par Sotheby's à New York le 20 juillet, lot 102.

La disponibilité aux enchères de ce sac historique résulte d'une double négligence de la NASA. Dans les années 1970 quand l'Agence fournit au Smithsonian ce qui lui restait de la mission Apollo 11 l'absence de ce sac n'est pas identifiée. La NASA ne vérifie pas non plus en 2014 une collection privée qui sera mise aux enchères par le gouvernement pour un comportement frauduleux de son propriétaire, ancien directeur d'un musée spatial au Kansas.

Identifié comme “One flown zippered lunar sample return bag with lunar dust (“Lunar Bag”), 11.5 inches; tear at center. Flown Mission Unknown” le sac finit par être acheté en mars 2015 par une géologue amateur ravie de cette aubaine. Elle ouvre le sac, note les références inscrites, effectue une recherche en ligne et découvre que ce qu'elle a acheté pour $ 995 est le tout premier sac qui a contenu des échantillons lunaires.

La NASA confirme l'authenticité ainsi que la nature lunaire de la poussière restant dans le sac. Navrée de sa propre bévue elle tente de récupérer l'objet mais la vente aux enchères avait été garantie par le US Marshals Service. Deux procès ont donné raison à la propriétaire qui a promis de faire bénéficier diverses charités d'une portion du produit de la vente qu'elle a confiée à Sotheby's.