18 juin 2017

Lumière sur l'Escaut

Le néo-impressionnisme de Seurat et Signac cherche à adapter à la peinture les théories de Chevreul sur la perception des couleurs. Les divisionnistes juxtaposent leurs taches de couleurs pures supposées recombiner le spectre complet dans une observation éloignée.

Les suiveurs de ce mouvement atteignent vite ses limites. La luminosité peut effectivement être spectaculaire, mais à la seule condition que la composition soit dominée par le jaune et l'orange. L'affaiblissement des autres couleurs réduit considérablement les thèmes.

Seurat meurt prématurément en 1891. Signac part à la rencontre du soleil. Son huile sur toile 47 x 55 cm peinte en 1892 montrant Saint-Tropez sous un ensoleillement maximum en plein midi a été vendue pour $ 10,7M incluant premium par Sotheby's le 9 mai 2016.

Théo van Rysselberghe est un ami de Signac dont il partage les opinions anarchistes. Il est convaincu par le divisionnisme sans pour autant rejoindre sa variante luministe promue par Emile Claus et les autres néo-impressionnistes belges.

En 1892 et 1893 van Rysselberghe atteint une luminosité sensationnelle dans ses huiles sur toile. Décidément attiré par le soleil il s'installe en Provence à la fin des années 1890 mais déjà son art est redevenu classique.

Le 21 juin à Londres, Sotheby's vend L'Escaut en amont d'Anvers le soir, huile sur toile 67 x 90 cm peinte en 1892. La composition est d'une grande simplicité, avec en points forts quatre poteaux et leurs reflets et un petit voilier qui vient se confondre dans la pénombre de l'autre rive du fleuve. Le ciel et l'eau sont rougeoyants. Restée dans le cadre original de l'artiste cette peinture est estimée £ 7M, lot 59.