26 juil. 2017

Maserati au Temps de Moss et Fangio

Stirling Moss aimait donner son avis critique sur les voitures qu'il utilisait en compétition. Son éloge de la Maserati 300 S, avec laquelle il gagna de nombreuses compétitions, est significatif : "one of the easiest, nicest, best balanced sports racing cars ever made".

Lancée en 1955, la 300 S avec son moteur de 3 litres à 6 cylindres en ligne est à la fois une suite de la monoplace 250 F, apogée de Maserati pour la Formule 1, et du modèle de sport A6GCS 2 litres. Le développement n'est pas facile et les premières voitures nécessitent des améliorations de rigidité. La population totale de 300 S est d'environ 26 voitures.

En Formule 1, Juan Manuel Fangio n'a pas pu rester chez Mercedes-Benz qui a abandonné la compétition après l'accident du Mans et il ne s'est pas entendu avec Ferrari. Il revient en 1957 chez Maserati où il retrouve le modèle 250 F qu'il avait mené au succès trois ans plus tôt.

Fangio n'a pas d'engagement avec Maserati pour les compétition de voitures de sport mais comme Moss il aime les voitures de cette marque. Un de ses amis achète pour l'usage du champion une 300 S fabriquée en 1956 et modifiée en configuration de la saison 1957 par l'usine. Avec cette voiture Fangio gagne en 1957 les Grands Prix du Portugal et du Brésil.

La voiture est aussitôt après revendue en Amérique du Sud où le prestige de Fangio est immense et elle continue longtemps sa carrière dans les compétitions locales. Elle n'est pas en matching numbers : son moteur d'origine a probablement été échangé en 1957 avec une autre 300S également possédée par le sponsor de Fangio.

Cette Maserati 300 S carrossée en biplace dans le style de Fantuzzi est estimée $ 6M à vendre par Bonhams à Quail Lodge - Carmel le 18 août, lot 38.