6 sept. 2017

Interlude sous la Lucarne

Las d'une vie familiale traditionnelle, Edward Weston est entraîné dans la vie de bohême de Los Angeles par Margrethe Mather. Il a du charme et aime les femmes. Ses aventures sont brèves mais créent des amitiés durables.

Edward et Margrethe sont influencés par le cercle de Stieglitz mais New York est trop loin pour eux. Ils cherchent une conception originale de l'art photographique basée sur l'observation de la géométrie dans des scènes de la vie ordinaire. Le torse nu des femmes est un thème préféré d'Edward.

Depuis quelques années Edward a remplacé l'argent par le palladium qui offre grande subtilité des nuances de gris et une surface lustrée. Pour ses meilleures images il cherche déjà la perfection. La subtile complexité de son travail en chambre noire exige une minutieuse préparation et ces tirages sont très rares.

A la fin 1920 Edward passe deux semaines de passion amoureuse avec Betty, rencontrée dans un nightclub. Il la photographie dans plusieurs pièces de sa maison. Le 10 octobre à New York, Christie's vend Betty in her attic, tirage palladium 23 x 19 cm monté sur papier 46 x 35 cm, titré, signé et daté 1920 sur le montage. Cette photo est estimée $ 600K, lot 323.

Cette composition entre surréalisme et constructivisme est très originale dans l'art de Weston. Son thème principal est la lumière transmise par la lucarne hors champ dans les angles des murs blancs du grenier dans un décor oblique qui rappelle le Cabinet du Dr Caligari, sorti quelques mois plus tôt.

La femme dans sa longue robe est debout dans la pénombre, lovée dans un angle. Sa silhouette est soulignée par une ombre géométriquement illogique qui a dû être ajoutée au laboratoire. Un pied atteint une tache de lumière au sol, comme une invitation à la danse.

Cinq ans plus tard les détails du corps nu de Miriam feront d'Edward Weston le meilleur photographe de son temps.