24 sept. 2017

La Cabane Onirique

Les paysages peints par Peter Doig sont d'une grande précision, bénéficiant de sa maitrise du détail, de la perspective, de la couleur et renforçant le réalisme de l'oeuvre par une habile variation d'épaisseur de la matière picturale.

Pourtant ses paysages ne sont pas réels. Doig transfère sur la toile les scènes de son imagination. Il admet qu'il ne sait pas peindre un paysage en plein air. Il cherche avidement les images qui se rapportent le mieux aux souvenirs visuels de son enfance au Canada, bien au-delà des possibilités d'une expression verbale.

Dans les années 1990 certains thèmes reviennent régulièrement, comme la réflexion de la scène dans l'eau calme d'un étang, dans un effet onirique qui est en quelque sorte doublé. Son univers parallèle n'est pas complètement sauvage. Il faut qu'il y ait une habitation même si elle est proche de la ruine. Une figure humaine à peine esquissée apparaît parfois.

Le 6 octobre à Londres, Christie's vend une huile sur toile 170 x 170 cm peinte en 1996 qui offre toutes ces caractéristiques. Elle est intitulée Camp Forestia par référence au clubhouse sur un lac de Seattle dont une photo ancienne avait été acceptée dans son paradis mental.

Camp Forestia est estimé £ 14M, lot 19. Je vous invite à regarder la vidéo partagée par la maison de ventes. L'image sous copyright de l'artiste est partagée "for fair use" par Wikiart.