6 sept. 2017

Le Double Langage des Rayographes

A New York puis à Paris où il s'installe en juillet 1921, Man Ray est un des meneurs du mouvement Dada auquel il associe une tendance grivoise avec ses oeuvres Priapiques de 1920 et sa série de photographies en 1921 du double féminin de Duchamp, Rrose Sélavy (Eros c'est la vie). La remise en question de l'art bat son plein dans les avant-gardes Parisiennes où Tzara confond 'artistique' et 'arthritique'. Toutes les provocations sont bienvenues.

Dans sa nouvelle spécialité de photographe Man Ray imagine de poser les objets opaques ou ajourés directement sur la surface photosensible. 80 ans auparavant Talbot utilisait un procédé similaire pour photographier les fougères. Dans ce procédé chaque image est unique.

Man Ray divulgue son innovation sous le nom de Rayographes. Les surréalistes et les dadaïstes sont ravis. L'installation d'objets usuels proche du ready made intéresse les réalistes et la composition souvent équivoque excite les poètes.

Un Rayographe 24 x 18 cm a été vendu le 4 avril 2013 pour $ 1,2M incluant premium par Christie's sur une estimation basse de $ 250K. Paru dans une revue au printemps 1922 avec un éloge par Cocteau, cette image avait certainement été le tout premier Rayographe à avoir été publié.

Le 10 octobre à New York, Christie's vend deux Rayographes dé-accessionnés du Museum of Modern Art.

Le lot 103 est estimé $ 200K. Ce Rayographe 30 x 24 cm réalisé en 1923 est un exemple à interprétation érotique avec deux oeufs flanquant une tige qui pointe dans un napperon de dentelle. Il avait appartenu à Tzara.

Le lot 102 estimé $ 150K est une composition symétrique pouvant former une tête, un tabouret ou le ciel nuageux. Il a été réalisé en 1928 dans un plus grand format que les exemples ci-dessus, 39 x 30 cm.