21 oct. 2017

Musique dans l'Arrière-Boutique

Une des raisons de la popularité durable des illustrations réalisées par Norman Rockwell pour les pages de couverture du Saturday Evening Post est la variété de son inspiration. Après la guerre, le patriotisme laisse la place à des scènes burlesques activant de nombreux personnages.

Rockwell est surtout au mieux de son art quand il peint les scènes de la vie au village. L'ambiance tranquille est révélée par une multitudes de petits détails créés à partir de photos individuelles. Comme les maîtres Hollandais du XVIIème siècle, Rockwell vérifie minutieusement la géométrie réaliste des lumières et des ombres.

Par l'intimité du thème et la complexité de la composition, Shuffleton's Barbershop publié par le Saturday Evening Post le 29 avril 1950 est une de ses couvertures les plus réussies. L'huile sur toile 117 x 109 cm dé-accessionnée du Berkshire Museum est estimée $ 20M à vendre par Sotheby's à New York le 13 novembre, lot 10.

Le spectateur regarde au travers de la grande vitrine dont les inscriptions sont tronquées. Après la journée de travail, la lumière est éteinte dans la boutique. Le poêle, l'évier, le rayonnage des magazines et le chat attendent le lendemain. Trois hommes jouent de leurs instruments de musique dans la lumière de l'arrière-boutique sans risquer d'être dérangés.

Dans ses compositions Rockwell ré-assemble mais n'invente pas. Rob Shuffleton est bien dans la vraie vie le barbier du village du Vermont où l'artiste s'est installé en 1939 et il est aussi l'homme qui tient le violoncelle, à moitié caché par la porte intérieure.

En 1951 Rockwell peint une autre scène paisible dans l'intérieur d'une boutique. Considérée par un sondage auprès des lecteurs comme sa meilleure couverture, Saying Grace a été vendue pour $ 46M incluant premium par Sotheby's le 4 décembre 2013.

L'image faible résolution de Shuffleton's Barbershop est partagée pour un usage raisonnable par WikiArt :