19 oct. 2017

Portraits Safavides

Les portraits à l'huile sur toile de grandes dimensions d'époque Qajar ne sont pas rares et les artistes travaillant pour la cour sont bien identifiés. Ils ont été précédés à l'époque Safavide par un très petit groupe de peintures probablement réalisées à Isfahan entre 1660 et 1700 de notre calendrier. Ce thème et ce format sont moins rares dans la peinture murale Persane et un usage décoratif est évident.

Quinze oeuvres seulement sont connues : huit hommes dont un Européen et sept femmes. Plusieurs de ces portraits survivants présentent entre eux des similitudes de traits du visage, de robe ou de décor d'arrière-plan. Deux ou peut-être trois paires sont identifiés parmi ces quinze oeuvres. Plusieurs artistes ont probablement opéré mais il ne faut pas exclure que certaines peintures soient des copies d'époque.

Une origine non-Musulmane dans la communauté Arménienne d'Isfahan est proposée, soit par des artistes Arméniens soit par des artistes Européens séjournant dans leur communauté. Les Arméniens étaient en contact régulier avec les Européens pour exporter la soie et servaient aussi d'interprètes à la cour de Perse.

Bien que la plus grande partie des détails vestimentaires soit Safavide, quelques éléments étrangers apparaissent. La beauté des oeuvres et la richesse des habits laisse supposer qu'ils résultent d'une commande de la riche aristocratie.

Le 25 octobre à Londres, Sotheby's sépare une paire d'huiles sur toile formant pendant 162 x 83 cm chacune avec un même décor en composition inversée. L'homme est au lot 115 et la femme au lot 116. Chaque lot est estimé £ 850K.

La femme porte à la ceinture une grande médaille ornée d'une figure couronnée qui n'a pas encore été identifiée mais pourra peut-être un jour jeter une lueur sur l'histoire de ce groupe de peintures.