20 nov. 2017

Convulsions Surréalistes

Par ses origines cosmopolites, Wifredo Lam a toute légitimité pour être un militant du Tiers Monde contre la culture dominante de l'homme blanc, bien longtemps avant Basquiat.

Ses créatures fantastiques sont à la fois des humains et des dieux, même quand elles ressemblent à des sauterelles au visage impassible. Les attitudes de transes et danses frénétiques appartiennent au vaudou Cubain importé d'Afrique. Lam est trop lucide pour croire à de telles fables : ses personnages sont les symboles de la possibilité d'une contre-culture, astucieusement appuyés par le titre des oeuvres.

Progressivement l'artiste montre des scènes illuminées devant une nuit noire. En 1961 Tropique du Capricorne, 146 x 218 cm, admet encore quelques couleurs dans cette scène qui regroupe un mâle et une femelle au repos avec un cheval de Guernica.

Le 6 décembre à Paris, Sotheby's vend une huile sur toile de même dimension peinte en 1962, l'année de la crise des missiles de Cuba, lot 11 estimé € 2,5M.

Dans cette composition dans le style d'un collage monochrome sur fond noir, quatre créatures déshumanisées sont à la fois en lévitation et en convulsions. Elles sont menacées par l'épée de Damocles tandis qu'une flèche perdue part vers l'extérieur.

Le titre surréaliste, A trois centimètres de la Terre, est un message politique compréhensible par les initiés Vaudous. Il évoque l'oppression de l'esprit Oshoumaré à qui un dieu despotique Yorouba avait interdit de poser ses pieds sur terre.