19 nov. 2017

La Chanson des Années Perdues

Le long poème de Bai Juyi est un chef d'oeuvre de chanson réaliste, admirée pour son émotion intense, récitée et illustrée par les Chinois depuis qu'elle a été composée il y a 1200 ans sous la dynastie des Tang. Un politicien déchu part à la dérive dans une froide nuit d'automne jusqu'à ce qu'il entende le luth et le chant merveilleux d'une femme vieillissante qui a perdu ses attraits et a été chassée de la cour.

Ce poème inspire Fu Baoshi, très certainement dès ses années de formation au Japon. Dans sa conception innovante qui mêle tradition et modernisme, Fu considère que l'artiste doit être complètement imprégné du modèle littéraire pour en recréer l'ambiance.

En 1944 et 1945 par des essais de complication croissante, Fu compose son interprétation visuelle du poème de Bai, apportant tous les éléments significatifs : l'homme et la femme, les couleurs de l'automne au clair de lune. Il travaille à la même époque à l'expression des poèmes politiques de Qu Yuan qui l'imprègnent du rôle symbolique des fantômes dans le Taoïsme.

Le 28 novembre à Hong Kong, Christie's vend au lot 8801 un rouleau à accrocher 113 x 66 cm réalisé en 1945 du Song of the Pipa Player. Cette oeuvre avait été vendue dans la même salle le 30 novembre 2010 pour HK$ 70M incluant premium.

La composition est une des plus complexes réalisées par Fu sur ce thème. Elle montre aux extrémités de la diagonale deux groupes bien séparés de trois personnes chacun. Le groupe du premier plan est constitué de trois valets avec un cheval sellé. Le groupe principal composé du politicien-poète, d'un ami et de la femme musicienne apparaît au travers du grand arbre, rappelant la localisation dans le ciel des dieux du Taoïsme.

Fu exprime sa propre rencontre émotionnelle avec le poème de Bai. Les figures sont finement dessinées dans la tradition de la figuration Japonaise, permettant de montrer la tristesse dans le visage de la femme et les larmes dans les yeux du poète.