1 nov. 2017

La Maison dans le Blizzard

Inspiré par son enfance au Canada, Peter Doig recrée dans sa tête un idéal de vie dans la nature sauvage, à l'abri dans une cabane anonyme. Sa mémoire est émotionnelle et non topographique. Il cherche sans fin dans les vieilles images les modèles de son désir.

Dans le même temps il est un très bon connaisseur des techniques de la peinture moderne et ancienne, et un artiste minutieux et doué qui ne craint pas d'utiliser de très grands formats pour partager ses fantasmes.

Le 16 novembre à New York, Phillips vend Red House, huile sur toile 200 x 250 cm datée 1995-1996, lot 12 estimé $ 18M.

Red House entre dans son thème de prédilection : elle montre l'hiver avec la neige sur le sol et les arbres. La maison qui est peut-être un camp de bûcherons a une couleur vive sous le soleil du crépuscule tamisé par un ciel chargé. Les flocons épars apportent un rythme à l'ensemble de la composition. Au premier plan, sectionnant l'image en plein milieu, le tronc sans feuille d'un bouleau focalise la frontière entre l'artiste et son propre rêve.

Ce petit coin de paradis glacé est fait pour être habité, tout comme les villages d'hiver de Brueghel. Les hommes ne doivent toutefois pas perturber l'équilibre du rêve. Ils sont bien plus nombreux que d'habitude dans les scènes de Doig et répartis en groupes actifs mais ils sont réduits à leurs silhouettes selon la pratique habituelle de l'artiste.