3 nov. 2017

Les Croqueuses de Diamants

Rien n'arrête l'ascension d'une jeune femme ambitieuse surtout si elle est charmante. Née à Moscou dans une famille modeste et mariée à 17 ans à un artisan français, Esther Lachmann ne veut pas d'une vie morose. Elle vient à Paris faire une carrière de demi-mondaine sous le nom de Thérèse. Elle gravit les échelons sociaux tout au long du Second Empire en prenant des amants de plus en plus riches.

Son mariage en 1851 avec un marchand Portugais porteur d'un faux titre aristocratique est un coup de maître. Devenue La Païva, elle déclare le lendemain à son mari qu'ils n'ont rien en commun et le congédie. Le luxe dans lequel La Païva vit et tient salon rivalise de plus en plus avec celui de l'impératrice Eugénie. Selon la mode du temps les bijoux constituent un indicateur de haute position sociale.

Après la chute de l'Empire la Païva épouse un richissime cousin du chancelier Bismarck. Cette fois-ci l'amour des époux est réciproque et sincère. Devenant comtesse von Donnersmarck et reprenant son prénom factice de Thérèse, la Païva reçoit en cadeau de mariage un somptueux collier de trois rangs de diamants qui avait appartenu à l'impératrice déchue.

Devenu veuf en 1884 le comte se remarie. Deux énormes diamants fancy intense yellow seront conservés dans la descendance de la nouvelle épouse.

Ils sont séparés à Sotheby's le 17 mai 2007 à Genève. Le plus beau, taillé en poire, pèse 82,48 carats avec une clarté VS2. Il est vendu pour CHF 5,7M incluant premium. Le plus gros, 102,54 carats de forme coussin de clarté SI1, rapporte CHF 4M incluant premium. A nouveau réunis et encore non montés, ils sont maintenant vendus en un seul lot par la même maison de ventes le 15 novembre, lot 357 estimé CHF 8,8M valant US $ 9M.

Pour des objets aussi intimes que sont les bijoux, la traçabilité dépend de découvertes tardives d'archives. Le catalogue de 2007 assurait que ces diamants avaient été assemblés dans deux bijoux différents par Chaumet en 1878. En 2009 un historien a retrouvé un acte de vente du diamant coussin par Boucheron à La Païva alors comtesse von Donnersmarck en 1882.

Je vous invite à regarder la vidéo partagée par Sotheby's.