9 nov. 2017

Les Lauriers du Sacre

En 1804 Bonaparte devient l'empereur Napoléon I. Sa légitimité étant issue de la Révolution française, le nouveau souverain veut déployer un luxe égal à celui de l'Ancien Régime dans des styles opposés. Inspiré par les héros de l'antiquité, il désire porter une couronne de lauriers d'or lors de la cérémonie du sacre.

La couronne est commandée à Martin-Guillaume Biennais, orfèvre à l'enseigne Au Singe Violet, qui est depuis deux ans fournisseur exclusif de l'argenterie pour la table de Napoléon.

Biennais réalise et assemble les feuilles de laurier dans une dimension et selon un motif naturaliste très finement ciselé et probablement unique. Chaque feuille mesurait 9,2 cm de long et 2,5 cm de largeur maximale et pesait 10 g.

Napoléon essaye la couronne avant la cérémonie. Selon la version racontée par la famille Biennais, Napoléon trouve que la couronne est trop lourde et demande à l'orfèvre d'enlever six feuilles. Il peut paraître surprenant que l'empereur ait trouvé qu'une différence de 60 g soit significative. Peut-être a-t-il simplement voulu récompenser Biennais pour la qualité de son travail.

Toujours selon la tradition familiale, Biennais donne une feuille d'or à chacune de ses six filles. Une feuille restée dans la descendance est estimée au-delà de € 100K à vendre par Osenat à Fontainebleau le 19 novembre, lot 164. Voici le lien vers le site de la maison de ventes. Etrangement aucune information n'est connue sur ce qui est advenu des cinq autres feuilles.

Une autre feuille a survécu. Elle s'était détachée avant la réutilisation de la couronne par l'empereur en 1805 pour être sacré roi d'Italie. L'empereur n'avait pas voulu que la couronne soit réparée et avait offert la feuille à Isabey, auteur de la maladresse, qui l'assembla dans une tabatière.