18 nov. 2017

Sous le Ciel du Greco

Pendant son premier séjour en Europe, Diego Rivera avait été ébloui par l'art de Cézanne considéré comme une ouverture vers une créativité sans restriction. Il revient en 1912 après un aller et retour au Mexique où le gouvernement a renouvelé sa bourse d'études.

Séjournant en Espagne, Diego observe le caractère intemporel de l'art du Greco. Hostile à la mystique chrétienne, il tente une application moderne des solutions trouvées par le Greco. Le grand peintre hagiographe de la fin du XVIème siècle n'avait jamais dévoilé s'il avait des convictions religieuses. Cela convient certainement à Diego, ardent militant socialiste descendant d'une famille juive convertie de force au catholicisme.

Diego peint en 1912 une vue de Tolède dans l'imitation directe du Greco. La même année il trouve dans le relieur espagnol Hermenegildo Alsina âgé de 23 ans le jeune homme élégant et longiligne de très haute taille qui pourra être l'incarnation moderne des personnages mystiques du Greco. Le parapluie remplace la sainte croix.

Le 21 novembre à New York, Sotheby's vend Retrato de un español, huile sur toile 199 x 165 cm peinte par Diego Rivera en 1912, lot 7 estimé $ 3M. L'homme est debout en grandeur nature devant un ciel tourmenté à la manière du Greco au-dessus de l'horizon bas d'un aride paysage Espagnol.

Après cette très brève période inspirée du Greco, Diego participe à partir de l'année suivante aux recherches modernistes des Cubistes.

Je vous invite à regarder la vidéo partagée par Sotheby's.