5 déc. 2017

Cubisme Africain

Le cubisme synthétique a été inventé bien longtemps avant Picasso dans l'ethnie Grebo du groupe linguistique Krou, à la frontière entre la Côte d'Ivoire et le Liberia.

Les masques Grebo ne pouvaient pas être considérés comme figuratifs. Ils étaient une composition monoxyle faite d'éléments géométriques en protubérance sur un panneau plat. Pourtant le spectateur y perçoit des bouches et des yeux multiples qui constituent une tête humaine ou animale. Les yeux sont des cylindres pleins pédonculés peints au milieu de leur surface plane pour simuler des pupilles.

Picasso possédait un masque Grebo. Aidé par Kahnweiler, il comprend que le réalisme n'est pas utile dans l'art et risque même d'affaiblir la signification mystique. La multiplication des yeux dans les masques Grebo servait probablement à exprimer la vision de l'invisible, comme le troisième oeil Asiatique. En augmentant le pouvoir de surveillance, elle aidait à se protéger contre l'ennemi, comme les janus d'autres ethnies Africaines.

Picasso voulait créer une sculpture cubiste sans tomber dans l'abstraction. Sa Guitare réalisée en 1912 est directement inspirée des volumes inversés des yeux Grebo, en figurant les trous par des tubes pour la première fois dans la sculpture occidentale.

Vérité possédait deux masques Grebo très similaires l'un à l'autre dans une des configurations les plus étranges, avec deux groupes l'un au-dessus de l'autre composés chacun de deux paires d'yeux, deux lèvres et une barre nasale. Les dents sont simulées en chevrons à la juxtaposition des lèvres. La bouche supérieure sert de front à la partie du bas. L'ornement sommital est différent, en couronne dans un cas et en paire de cornes dans l'autres.

Ces pièces très longues étaient faites en bois léger qui a attiré les xylophages. Les yeux figurés n'étant pas évidés, la vision du danseur est faite au travers de deux minuscules orifices entre les deux visages.

Le masque couronné a été vendu pour € 1,32M incluant premium par Christie's le 23 juin 2015 sur une estimation basse de € 500K. Il est haut de 88 cm et sa planche de bois est peinte en bleu foncé. Haut de 83 cm le masque cornu est estimé € 700K à vendre par Sotheby's à Paris le 12 décembre, lot 50.