10 déc. 2017

Ecriture Automatique

L'écriture automatique devient un genre littéraire en 1919 avec Breton et Soupault. Il s'agit d'enregistrer le plus vite possible sur des cahiers d'écoliers les mots dévidés par le subconscient. Un demi-sommeil ou un état hypnotique favorise le processus en occultant la logique, la volonté et le but.

Ces jeunes expérimentateurs créent la revue Littérature et trouvent des précurseurs : Dostoievski, Lautréamont. Leur point commun est le rejet de la littérature classique et surtout du roman. Pour le reste, malgré les désirs de Breton, la cohésion du groupe est illusoire. Se sont-ils demandés un jour en quoi des lecteurs en dehors de leur petit cercle pourraient s'intéresser au texte irrationnel de leur subconscient ?

Ils avaient été proches de Dada, disparu pour la même raison. Ils n'ont pas le monopole de l'édition : quand Ulysses de Joyce est publié à Paris en 1922, cette utilisation du stream of consciousness dans l'élaboration d'un roman déroute Breton. Pour éviter d'être pour ou contre, il ne le lit pas.

Au printemps 1924, Breton est pris d'une frénésie d'écriture automatique. Il prépare environ cent "historiettes" et envisage d'en réunir une sélection dans un livre intitulé Poisson Soluble. Au cours de cette préparation, Breton considère enfin qu'une introduction théorique limitera les commentaires hostiles des critiques. Pendant l'été il écrit une Préface pour Poisson Soluble, sous le titre agressif de Manifeste du Surréalisme. Il termine en septembre la recopie des 31 historiettes du Poisson Soluble.

L'objectif de cohésion du groupe reste impossible à atteindre. Le Manifeste est un texte théorique mais le subconscient de l'auteur a contribué et Breton ne veut pas le retoucher. Il écrit en 1929 le Second Manifeste du Surréalisme.

Les manuscrits autographes les plus importants autour de Poisson Soluble et du Manifeste de 1924 avaient été conservés par Simone Collinet, la première femme de Breton, et ont été vendus en neuf lots par Sotheby's le 21 mai 2008. Acquis par Aristophil, ils sont à vendre en trois lots par Aguttes à Paris (Hôtel Drouot) le 20 décembre. Acquis séparément par Aristophil, le manuscrit autographe du Second Manifeste est offert dans la même vente. Les quatre lots seront vendus séparément avec faculté de réunion.

Le Manifeste de 1924, vendu pour € 1,9M incluant premium en 2008 est estimé € 600K, lot 53. Le manuscrit final de Poisson Soluble, vendu pour € 900K incluant premium en 2008, est estimé € 900K, lot 54. Les sept cahiers d'écriture automatique provenant de la collection Collinet, qui ne constituent pas un ensemble complet, avaient été vendus individuellement en 2008 pour un total de € 820K incluant premium et sont maintenant groupés au lot 55 estimé € 2M. Le Second Manifeste accompagné d'un jeu d'épreuves corrigées par l'auteur est estimé € 1M, lot 56.