8 déc. 2017

La Civilisation Divisée

Pendant son enfance en Rhodésie, Doris Lessing n'aime pas l'école. Elle préfère la brousse et la lecture. Elle voit autour d'elle les injustices qui génèrent les inégalités, et elle écrit avec une indomptable énergie.

En s'appuyant sur sa propre expérience avec sa sensibilité féminine, Doris Lessing étudie de l'intérieur les dogmes et les mysticismes avant de les rejeter l'un après l'autre avec le risque calculé de déconcerter ses lecteurs. Elle apporte à cette civilisation malade sa propre potion guérissante : le livre. L'accès des plus pauvres à la lecture améliorera la civilisation.

Sa passion éclectique et prophétique est au-dessus des compromissions. Rejetant l'Empire Britannique qui a laissé s'installer l'apartheid, elle refuse l'OBE en 1977 et l'anoblissement en 1992. Il ne lui servirait effectivement à rien d'être Lady Doris pour continuer à identifier les obsolescences et les dérives de la société et crier ses rébellions.

Elle n'était pas dupe du caractère artificiel de la gloire. En 1983 et 1984 elle envoie deux nouveaux romans à son éditeur habituel en se cachant sous un pseudonyme. Tous deux sont rejetés et elle exploite sa supercherie pour dénoncer le manque d'attention du monde littéraire envers les nouveaux écrivains.

En 2007, âgée de 88 ans, elle accepte sans réticence mais aussi sans enthousiasme le Prix Nobel de Littérature, regrettant de devoir passer plus de temps aux interviews qu'au soutien de ses grandes causes.

Le 13 décembre à Londres, Christie's vend la médaille et le diplôme Nobel de Doris Lessing, lot 51 estimé £ 150K.