3 déc. 2017

La Raquette de l'Egalité

Devenu professionnel du tennis en 1941, Bobby Riggs est reconnu comme le meilleur joueur de ce circuit de 1945 à 1948. Il joue sa dernière compétition en 1962 mais continue à participer à des tournois d'exhibition. Il aime la provocation et proclame qu'aucune femme ne peut battre un homme, même si celui-ci est retraité.

Depuis 1962 le titre de numéro 1 mondial féminin a rarement échappé à Margaret Smith Court et Billie Jean Moffitt King. Leurs convictions sont opposées : Court est ouvertement homophobe et King est une militante féministe qui sera en 1981 la première sportive à déclarer publiquement son homosexualité.

Le premier évènement donne raison à Riggs : en mai 1973 dans indifférence générale il bat Mrs Court sur le score sans pitié de 6-3, 6-1.

Mrs King qui s'était jusque-là peu intéressée à ce défi est désormais déchaînée. Elle veut battre Riggs pour promouvoir le très récent amendement du Congrès qui assure l'égalité des budgets fédéraux entre les garçons et les filles dans les collèges. Elle gonfle elle-même l'enjeu social : si elle perd face à Riggs, l'égalité des sexes reculera d'un demi-siècle.

Le 20 septembre 1973 à Houston le match entre Riggs et King est un évènement à grand spectacle, suivi par 30 000 spectateurs sur le court et 50 millions de téléspectateurs. La passion de la femme a soutenu son triomphe : 6-4, 6-3, 6-3. Pour son action d'une très grande conséquence pour la motivation des filles et pour l'égalité homosexuelle, Mrs King reçoit en 2009 la prestigieuse Presidential Medal of Freedom.

Une des deux raquettes utilisées par Billie Jean King contre Bobby Riggs est estimée $ 100K à vendre par Bonhams à New York le 6 décembre, lot 1068. On ignore ce qu'il est advenu de l'autre raquette.