15 déc. 2017

L'Echec du Penny d'Or

Les pièces d'or d'origines Byzantine et Arabe suffisaient pour le commerce international. Les besoins locaux étaient couverts par la monnaie d'argent. Le nouvel afflux d'or en Europe est une conséquence directe des Croisades. En 1252 Florence crée le florin en or pur pesant 54 grains correspondant à 3,5g.

Les autres pays d'Europe veulent suivre le succès du florin. En Angleterre les réserves d'or commencent à s'accumuler. En 1257 le roi Henry III fait créer par son orfèvre William de Gloucester un penny d'or de 45 grains avec une valeur officielle de 20 pence.

L'arithmétique ne s'ajustait pas : le penny d'or était volontairement sous-évalué d'environ 20 %. Les marchands de Londres représentés par le Lord Mayor contestent formellement cette arnaque qui dévalorise leur monnaie d'argent. Henry III était impopulaire. Ses conseillers Lusignan étaient haïs. Sa politique étrangère était louvoyante et coûteuse. Il n'a pas d'autre choix que de céder. L'acceptation d'un penny d'or par un créancier cesse d'être obligatoire quelques mois seulement après le lancement.

L'année suivante est bien pire, avec des récoltes catastrophiques. Le coup d'Etat de Simon de Montfort met fin au gouvernement de ce roi incompétent. Cette première expérience complètement ratée de bimétallisme anglais tombe dans un oubli total au bout de quelques années.

La plupart de ces penny d'or plus chers que leur valeur officielle et non soutenus par le gouvernement ont été fondus très tôt. Huit pièces ont survécu. L'une d'elles proche de la perfection, gradée MS63 par NGC, est estimée $ 250K à vendre par Heritage à New York le 8 janvier, lot 32241.