23 déc. 2017

Premiers Tours de Piste pour la Type-D

Jaguar avait triomphé aux 24 heures du Mans en 1953 avec son modèle Type-C finissant à la première, deuxième et quatrième places. Pour la première fois un chronométrage au radar avait été pratiqué dans la ligne droite des Hunaudières. La plus grande vitesse de pointe avait été enregistrée à 249 Km/h par une Cunningham.

Le public attendait avec impatience l'édition 1954 pour laquelle la toute première transmission télévisée de la course ajoutait un attrait supplémentaire. Jaguar et Ferrari étaient favoris, symbolisant la compétition entre la technologie et la puissance.

La Jaguar Type-D est prête juste à temps, avec trois prototypes. Elle a été développée en soufflerie pour améliorer la rigidité et réduire la portance. Elle est spectaculaire avec son tout nouvel aileron de stabilisation. Le cockpit est monocoque, et allégé par l'utilisation d'un alliage d'aluminium. Le moteur de 3,4 litres est inchangé par rapport à la Type-C.

La Type-D pilotée par Stirling Moss a la meilleure vitesse de pointe avec un enregistrement à 278 Km/h mais la surpuissante Ferrari 375 Plus avec son moteur de 4,9 litres est la meilleure sur le tour complet.

L'équipe Moss-Walker doit abandonner après une panne des freins. Pendant un an cette Type-D continue la compétition mais est surtout utilisée comme voiture de développement et d'entraînement pour préparer la saison 1955.

En 1958 le moteur et la boîte de vitesse sont changés. Cette Type-D qui a sinon maintenu un haut degré d'authenticité malgré son utilisation intensive en compétition est estimée $ 12M à vendre par RM Sotheby's à Phoenix le 19 janvier, lot 250.